LES MIRACLES DE JÉSUS RÉSURRECTION DE LA FILLE D`UN CHEF 8 DE 37

20/03/2015 14:03

8 DE 37 LES MIRACLES DE JÉSUS

RÉSURRECTION DE LA FILLE D`UN CHEF

 

MATTHIEU 9 : 18 ¶ Tandis qu’il leur adressait ces paroles, voici, un chef arriva, se prosterna devant lui, et dit : Ma fille est morte il y a un instant ; mais viens, impose-lui les mains, et elle vivra.

chef. Jaïrus (#Mr 5:22 ; #Lu 8:41) était un chef de la synagogue.


19 Jésus se leva, et le suivit avec ses disciples.
20 Et voici, une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans s’approcha par derrière, et toucha le bord de son vêtement.

une perte de sang depuis douze ans. L’affliction de cette femme était due non seulement à un dysfonctionnement grave au niveau physique, mais aussi à son état permanent d’impureté rituelle (cf. #Lé 15:25-27). Cela signifiait que tout le monde l’évitait, y compris les membres de sa famille, et qu’elle était exclue du temple aussi bien que de la synagogue.

 

le bord de son vêtement. Cf. #Mt 14: 36. Probablement une des franges, cousues sur les bords d’un vêtement, qui devaient rappeler à celui qui le portait d’obéir aux commandements de Dieu (#No 15:38-40 ; #De 22: 12).


21 Car elle disait en elle-même : Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie.
22 Jésus se retourna, et dit, en la voyant : Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie. Et cette femme fut guérie à l’heure même.

 

t’a guérie. Littéralement « t’a sauvée ».


23 Lorsque Jésus fut arrivé à la maison du chef, et qu’il vit les joueurs de flûte et la foule bruyante,

 

les joueurs de flûte et la foule bruyante. L’environnement habituel, dans cette culture, à l’occasion de funérailles (cf. #2Ch 35:25). La foule comprenait généralement des pleureuses professionnelles, des femmes dont le rôle était de gémir plaintivement tout en répétant le nom du défunt et celui d’autres membres de la famille qui étaient morts récemment. Il en résultait un vacarme confus.


 

MARC 5 : 22 Alors vint un des chefs de la synagogue, nommé Jaïrus, qui, l’ayant aperçu, se jeta à ses pieds,

 

chefs de la synagogue. Ils présidaient les collèges d’anciens des synagogues locales. Ces groupes d’anciens, composés d’officiels laïcs, étaient chargés d’organiser les cultes et de veiller à la bonne gestion des affaires de la synagogue.


23 et lui adressa cette instante prière : Ma petite fille est à l’extrémité, viens, impose-lui les mains, afin qu’elle soit sauvée et qu’elle vive.
24 Jésus s’en alla avec lui. Et une grande foule le suivait et le pressait.
25 Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans.

 

perte de sang. Signale une hémorragie interne chronique, peut-être due à une tumeur ou à une autre maladie


26 Elle avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins, elle avait dépensé tout ce qu’elle possédait, et elle n’avait éprouvé aucun soulagement, mais était allée plutôt en empirant.

 

beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins. Au temps du N.T. il était courant, en cas de maladie grave, que les patients consultent un grand nombre de médecins, qui leur prescrivaient une série de traitements différents. Ces prétendus traitements étaient contradictoires, des escroqueries qui, la plupart du temps, ne faisait qu’aggraver l’état du malade au lieu de l’améliorer. Luc, le médecin, suggéra en #Lu 8:43 que cette femme n’avait pas été soignée car son cas était réputé incurable.


27 Ayant entendu parler de Jésus, elle vint dans la foule par derrière, et toucha son vêtement.
28 Car elle disait : Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie.

Si je puis seulement toucher ses vêtements. La foi de cette femme dans les pouvoirs de guérison de Jésus était très grande: elle croyait que même un contact indirect à travers ses vêtements suffirait.


29 Au même instant la perte de sang s’arrêta, et elle sentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal.

la perte de sang. Littéralement « la source de son sang », c’est-à-dire l’origine de son saignement.


30 Jésus connut aussitôt en lui-même qu’une force était sortie de lui ; et, se retournant au milieu de la foule, il dit : Qui a touché mes vêtements ?

 

qu’une force était sortie de lui. La « force » de Christ, sa capacité à effectuer son ministère et à faire des choses surnaturelles, procédait de lui sous le contrôle de sa volonté souveraine.

 

Qui a touché mes vêtements? Ce n’est pas parce qu’il ignorait la réponse à sa question qu’il la posa, mais pour que la femme sorte de la foule et loue Dieu pour ce qui lui était arrivé.

 


31 Ses disciples lui dirent : Tu vois la foule qui te presse, et tu dis : Qui m’a touché ?
32 Et il regardait autour de lui, pour voir celle qui avait fait cela.
33 La femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui s’était passé en elle, vint se jeter à ses pieds, et lui dit toute la vérité.
34 Mais Jésus lui dit : Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix, et sois guérie de ton mal.

 

ta foi t’a sauvée. Déclaration publique de Jésus au sujet de la foi de cette femme (exprimée aux vv. 28, 33) et de ses résultats. La forme du verbe grec traduit par « t’a sauvée », qu’on pourrait aussi traduire par « t’a préservée », indique que la guérison était totale. C’est le terme habituel dans le N.T. pour exprimer le salut par rapport au péché, ce qui suggère fortement que la foi de cette femme l’a aussi conduite au salut spirituel.


35 ¶ Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent : Ta fille est morte ; pourquoi importuner davantage le maître ?
 

 

LUC 8 : 40 ¶ A son retour, Jésus fut reçu par la foule, car tous l’attendaient.
41 Et voici, il vint un homme, nommé Jaïrus, qui était chef de la synagogue. Il se jeta à ses pieds, et le supplia d’entrer dans sa maison,

 

chef de la synagogue. Jésus avait une fois chassé un démon d’un homme dans la synagogue de Jaïrus (#Lu 4:33-37).

 

42 parce qu’il avait une fille unique d’environ douze ans qui se mourait. Pendant que Jésus y allait, il était pressé par la foule.

 

pressé. Littéralement « étouffé », sous la pression écrasante de la foule.


43 Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans, et qui avait dépensé tout son bien pour les médecins, sans qu’aucun ait pu la guérir.
44 Elle s’approcha par derrière, et toucha le bord du vêtement de Jésus. Au même instant la perte de sang s’arrêta.

s’approcha par derrière, et toucha. A cause de sa maladie, elle rendait impure toute personne qu’elle touchait. Cependant, ce fut exactement l’inverse qui se produisit ici.


45 Et Jésus dit : Qui m’a touché ? Comme tous s’en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec lui dirent : Maître, la foule t’entoure et te presse, et tu dis: Qui m’a touché ?
46 Mais Jésus répondit : Quelqu’un m’a touché, car j’ai connu qu’une force était sortie de moi.

47 La femme, se voyant découverte, vint toute tremblante se jeter à ses pieds, et déclara devant tout le peuple pourquoi elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie à l’instant.
48 Jésus lui dit : Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix.
49 Comme il parlait encore, survint de chez le chef de la synagogue quelqu’un disant : Ta fille est morte ; n’importune pas le maître.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/