LUC 13 : 1 À 35 ***LUKE 13 : 1 À 35 ***

08/05/2015 17:52

LUC 13 : 1 À 35 ***

 

1 ¶  En ce même temps, quelques personnes qui se trouvaient là racontaient à Jésus ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices.

2  Il leur répondit : Croyez-vous que ces Galiléens fussent de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu’ils ont souffert de la sorte ?

3  Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également.

4  Ou bien, ces dix-huit personnes sur qui est tombée la tour de Siloé et qu’elle a tuées, croyez-vous qu’elles fussent plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?

5  Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également.

6 ¶  Il dit aussi cette parabole : Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint pour y chercher du fruit, et il n’en trouva point.

7  Alors il dit au vigneron : Voilà trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, et je n’en trouve point. Coupe-le: pourquoi occupe-t-il la terre inutilement ?

8  Le vigneron lui répondit : Seigneur, laisse-le encore cette année ; je creuserai tout autour, et j’y mettrai du fumier.

9  Peut-être à l’avenir donnera-t-il du fruit ; sinon, tu le couperas.

10 ¶  Jésus enseignait dans une des synagogues, le jour du sabbat.

11  Et voici, il y avait là une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser.

12  Lorsqu’il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit : Femme, tu es délivrée de ton infirmité.

13  Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa, et glorifia Dieu.

14  Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule : Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat.

15  Hypocrites ! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire ?

16  Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat ?

17  Tandis qu’il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu’il faisait.

18 ¶  Il dit encore : A quoi le royaume de Dieu est-il semblable, et à quoi le comparerai-je ?

19  Il est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et jeté dans son jardin ; il pousse, devient un arbre, et les oiseaux du ciel habitent dans ses branches.

20  Il dit encore : A quoi comparerai-je le royaume de Dieu ?

21  Il est semblable à du levain qu’une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, pour faire lever toute la pâte.

22  Jésus traversait les villes et les villages, enseignant, et faisant route vers Jérusalem.

23 ¶  Quelqu’un lui dit : Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? Il leur répondit:

24  Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas.

25  Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, et que vous, étant dehors, vous commencerez à frapper à la porte, en disant : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! il vous répondra : Je ne sais d’où vous êtes.

26  Alors vous vous mettrez à dire : Nous avons mangé et bu devant toi, et tu as enseigné dans nos rues.

27  Et il répondra : Je vous le dis, je ne sais d’où vous êtes ; retirez-vous de moi, vous tous, ouvriers d’iniquité.

28  C’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors.

29  Il en viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi ; et ils se mettront à table dans le royaume de Dieu.

30  Et voici, il y en a des derniers qui seront les premiers, et des premiers qui seront les derniers.

31 ¶  Ce même jour, quelques pharisiens vinrent lui dire : Va-t’en, pars d’ici, car Hérode veut te tuer.

32  Il leur répondit : Allez, et dites à ce renard : Voici, je chasse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour j’aurai fini.

33  Mais il faut que je marche aujourd’hui, demain, et le jour suivant ; car il ne convient pas qu’un prophète périsse hors de Jérusalem.

34  Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu !

35  Voici, votre maison vous sera laissée ; mais, je vous le dis, vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

NOTES DE JOHN MACARTHUR

13: 1

des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices. Cet incident correspond bien au caractère de Pilate tel que nous le connaissons par ailleurs. De toute évidence, certains adorateurs galiléens qui tombèrent sous la condamnation de Rome-peut-être appartenaient-ils à un groupe de zélotes séditieux qui furent recherchés et tués dans le temple par les autorités romaines alors qu’ils offraient un sacrifice. Un tel assassinat constituait un blasphème particulièrement choquant. De tels incidents ne faisaient qu’enflammer la haine des Juifs à l’égard de Rome et menèrent finalement à une rébellion qui déboucha sur la destruction du temple de Jérusalem en l’an 70 apr. J.-C.

13: 2

de plus grands pécheurs. Beaucoup croyaient que toutes les catastrophes et toutes les morts soudaines étaient l’expression de la colère divine provoquée par des péchés précis (cf. #Job 4:7). A leurs yeux, ceux qui souffraient de manière inhabituelle devaient forcément être coupables d’une immoralité particulièrement grave (cf. #Jn 9:2).

13: 3

si vous ne vous repentez. Jésus ne nie pas l’existence d’un lien entre les catastrophes et le mal commis par les hommes. En effet, la cause originelle de toutes les afflictions est bien la malédiction de l’humanité déchue (#Ge 3:17-19). De plus, des calamités particulières peuvent être le fruit de certaines mauvaises actions spécifiques (#Pr 24: 16). Cependant, Christ remet en cause l’idée, assez répandue, qui voudrait que les personnes épargnées par un désastre le soient à cause de leur supériorité morale sur les victimes. Il appelle chacun à la repentance, car personne n’est à l’abri d’une mort soudaine. Personne ne peut être sûr de disposer d’un temps de préparation avant de mourir, c’est pourquoi tous doivent se repentir aujourd’hui (cf. #2Co 6:2).

vous périrez tous également. C’était un avertissement prophétique du jugement à venir sur Israël, qui culminerait en 70 avec la destruction catastrophique du temple de Jérusalem et le massacre de milliers d’habitants de la ville par les Romains.

13: 4

Siloé. Un espace à l’extrémité sud de la ville basse de Jérusalem, où se trouvait une piscine célèbre (cf. #Jn 9:7, #Jn 9:11). De toute évidence, l’une des tours surplombant l’aqueduc s’était effondrée, alors qu’elle était peut-être encore en construction, et avait causé la mort de plusieurs personnes. A nouveau, la question qui occupait l’esprit des gens, c’était celle de la relation entre la catastrophe et les fautes commises (« plus coupables »). Jésus répond qu’un tel désastre ne représente pas un moyen divin de condamner à mort un groupe de personnes particulièrement mauvaises, mais qu’il sert d’avertissement à tous les pécheurs. Le jugement par des catastrophes surviendra finalement sur tous, s’ils ne se repentent pas.

13: 6

figuier. Cet arbre est fréquemment employé comme symbole d’Israël. Cependant, la leçon de cette parabole sur l’absence de fruit s’applique autant à la nation dans son ensemble qu’à chacun considéré individuellement.

13: 8

laisse-le encore cette année. Ce passage illustre aussi bien l’intercession de Christ que la miséricorde et la patience extrêmes du Père.

13:10

synagogues. L’endroit où se rassemblaient les Juifs pour prier (synagogue est une transcription du mot grec signifiant « action de rassembler »). L’origine des synagogues remonte à la période de l’exil à Babylone, après la destruction du temple par Nebucadnetsar en 586 av. J.-C. C’étaient des lieux de culte et d’enseignement. Jésus y a souvent enseigné (cf. v. #Mr 1:39 ; #Mr 3:1 ; #Mr 6:2), de même que Paul (cf. #Ac 13: 5 ; #Ac 14: 1 ; #Ac 17: 1).

 

le jour du sabbat. Les traditions pharisaïques attachées au sabbat représentaient le thème le plus fréquent de conflits dans le ministère de Jésus. Cf. #Lu 6:5-11 ; #Lu 14:1-5 ; #Mt 12:2-10 ; #Mr 2:23-3:4.

13: 11

un esprit qui la rendait infirme. Ce passage suggère que l’infirmité physique de cette femme, qui l’empêchait de se tenir debout, était causée par un esprit mauvais. Cependant, Christ n’eut pas à s’opposer à un démon et à le chasser, mais il déclara simplement que la femme était délivrée (v. #Lu 13: 12). Son cas n’était pas de la même nature que les autres cas de possession démoniaque qu’il avait traités (cf. #Lu 11:14.

13: 12

lui adressa la parole. La femme n’avait pas sollicité la guérison, Jésus lui-même en prit l’initiative (cf. #Lu 7:12-14). Par ailleurs, ni elle ni personne d’autre n’eut à faire preuve d’une foi particulière. Jésus demandait parfois de s’engager dans une démarche de foi, mais cet appel n’intervenait pas toujours (cf. #Lu 8:48 ; #Mr 5:34).

13: 14

le chef de la synagogue. Un éminent personnage dont la tâche consistait notamment à présider aux réunions, à s’occuper du bâtiment et à diriger l’enseignement dans la synagogue (cf. #Lu 8:41 ; #Mt 9:18 ; #Mr 5:38).

13: 15

détache …  son bœuf. Rien dans l’Écriture n’interdisait de donner à boire à un bœuf ou de guérir les malades le jour du sabbat. Les traditions pharisaïques relatives au sabbat accordaient en réalité une plus grande valeur aux animaux qu’aux personnes dans le besoin. Elles aboutissaient à une corruption de l’objectif initial de ce jour (#Mr 2:27).

13: 16

une fille d’Abraham. C’est-à-dire une Juive.

que Satan tenait liée. Les maux physiques et les autres calamités dont Job souffrit étaient aussi infligés par Satan, avec la permission divine. Il semblerait que la souffrance de cette femme n’était pas due à un quelconque mal qu’elle aurait commis, mais qu’elle souffrait afin que la gloire de Dieu puisse se manifester (cf. #Jn 9:3).

13: 22

les villes et les villages. Les indications géographiques de Luc demeurent souvent vagues; de toute façon, la plupart des lecteurs auxquels il s’adressait ignoraient certainement la géographie de la Terre sainte. #Mt 19: 1 ; #Mr 10:1 et #Jn 10:40 confirment tous que Christ déplaça son ministère dans la région située à l’est du Jourdain et connue sous le nom de Pérée. Ce changement s’opéra vraisemblablement à cet endroit du récit de Luc. Ainsi, les localités que Jésus traversait pouvaient se situer aussi bien en Judée qu’en Pérée.

faisant route vers Jérusalem. Durant son ministère en Judée et en Pérée, Christ se rendit à Jérusalem à plus d’une occasion: au moins une fois lors de la fête des Tabernacles (#Jn 7:11-8:59), une autre fois pour la fête de la Dédicace (#Jn 9:1-10:39), enfin lorsqu’il ressuscita Lazare. Luc tenait à mettre en évidence la progression constante de Christ vers Jérusalem, lieu où il devait mourir afin d’accomplir sa mission. C’est la raison pour laquelle il présente ses différents déplacements comme des étapes de ce long voyage.

13: 23

n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés? Plusieurs facteurs ont pu provoquer cette question. Les multitudes qui suivaient Jésus naguère avaient en effet fondu pour ne laisser qu’un reste fidèle (cf. #Jn 6:66). De grandes foules venaient toujours l’écouter (#Lu 14: 25), mais les disciples décidés à le suivre se faisaient de plus en plus rares. Par ailleurs, les messages de Christ semblaient faits pour décourager les personnes à la foi tiède. Il avait lui-même affirmé que la porte est si étroite que peu la trouvent (#Mt 7:14). Cet enseignement contredisait d’une manière flagrante la conviction des Juifs selon laquelle ils seraient tous sauvés, exception faite des publicains et d’autres pécheurs notoires. La réponse de Christ souligne une fois de plus la difficulté d’entrer par la porte étroite. Après la résurrection, pas plus de 120 disciples se réunirent dans la chambre haute à Jérusalem (#Ac 1:15), et seulement 500 environ en Galilée (#1Co 15:6.

13: 24

Efforcez-vous. Ce terme renvoie à une grande lutte face à un conflit. Christ ne suggère pas que l’on pourrait mériter le ciel en faisant des efforts pour y parvenir. Quelle que soit la peine que les pécheurs se donnent pour atteindre cet objectif, ils ne pourront jamais se sauver eux-mêmes. Le salut est uniquement par grâce, non par les œuvres (#Ep 2:8-9). Il est toutefois difficile d’entrer par la porte étroite à cause du coût en termes d’orgueil humain, d’amour naturel du pécheur pour le péché, ainsi qu’en raison de l’opposition conjointe de Satan et du monde à la vérité.

beaucoup chercheront à entrer. Lors du jugement, lorsque de nombreuses personnes protesteront et prétendront mériter d’aller au ciel (cf. #Mt 7:21-23).

13: 25

Je ne sais d’où vous êtes. Cf. #Mt 7:23 ; #Mt 25:12. Il sera clair qu’il n’y a jamais eu de relation entre eux, même si certains ont nourri l’illusion de connaître le propriétaire de la maison (v. #Lu 13: 26). En dépit de leurs protestations, il réitérera son refus catégorique (v. #Lu 13: 27).

13: 28

des pleurs et des grincements de dents. Cette expression décrit la souffrance inconsolable et le tourment sans repos. Jésus l’employa couramment pour parler de l’enfer (cf. #Mt 13: 42, #Mt 13: 50 ; #Mt 24: 51).

13: 29

Il en viendra. En incluant des personnes venant des quatre coins de la terre, Jésus affirmait clairement que les non-Juifs seraient aussi invités à la table du festin céleste. Cet enseignement était certes contraire à la pensée rabbinique qui prédominait à l’époque, mais il était néanmoins parfaitement conforme à l’A.T. (#Ps 107:3 ; #Esa 66:18-19 ; #Mal 1:11).

13: 30

derniers …  premiers …  premiers …  derniers. D’après le contexte, cette parole semble opposer les Juifs (« les premiers ») aux non-Juifs (« les derniers »).

13: 31

pars d’ici. Hérode Antipas régnait sur la Galilée et la Pérée. Christ approchait de la Pérée, ou bien il était déjà en train d’y exercer son ministère. Il est fort probable que les pharisiens  qui n’étaient pas des amis d’Hérode - avertirent Christ dans leur propre intérêt. Ils espéraient que la menace de violences de la part d’Hérode le réduirait au silence ou, du moins, le ferait retourner en Judée, où le sanhédrin pourrait exercer sa juridiction sur lui.

13: 32

ce renard. Certains ont suggéré que l’emploi de cette expression par Jésus serait difficilement conciliable avec #Ex 22: 28 ; #Ec 10:20 et #Ac 23: 5. Cependant, ces vv. s’appliquent à un discours de la vie quotidienne. Les prophètes, qui agissaient en tant que porte-parole de Dieu et sous couvert de son autorité, eurent souvent à reprendre publiquement des gouvernants (cf. #Esa 1:23 ; #Ez 22: 27 ; #Os 7:3-7 ; #Sop 3:3). Comme Jésus parlait avec une pleine autorité divine, il avait tout à fait le droit de parler d’Hérode en ces termes. Les écrits rabbiniques faisaient souvent usage du mot « renard » pour désigner une personne qui était en même temps habile et sans valeur. Les pharisiens, qui tremblaient devant le pouvoir d’Hérode, durent certainement s’étonner de la hardiesse manifestée par Christ.

aujourd’hui et demain, et le troisième jour. Cela signifie seulement que Christ agissait selon son plan divin préétabli; il n’est pas ici question de trois jours au sens littéral. Courantes dans les langues sémitiques, les formules comme celle-ci étaient rarement prises dans un sens littéral pour préciser une période de temps spécifique.

j’aurai fini. Lorsqu’il aurait accompli son œuvre en mourant à la croix. Cf. #Jn 17:4-5 ; #Jn 19: 30 ; #Hé 2:10. Hérode menaçait de le tuer, mais personne ne pouvait le tuer avant que son heure ne soit venue (#Jn 10:17-18).

13: 33

il ne convient pas. Les prophètes qui vécurent le martyre ne furent évidemment pas tous exécutés à Jérusalem. Jean-Baptiste, p. ex., fut probablement décapité dans le palais d’Hérode à Machéronte. Cette expression était certainement un proverbe familier, comme l’adage de #Lu 4:24 et #Mt 13: 57. L’affirmation empreinte d’ironie fait remarquer que la plupart des prophètes de l’A.T. souffrirent entre les mains des Juifs, et non de leurs ennemis. En incluant cette parole dans son récit, Luc souligne le thème de cette partie de son Évangile: le voyage inexorable de Jésus vers Jérusalem pour y mourir.

13: 34

Jérusalem, Jérusalem. Ces paroles expriment une grande tendresse, comme l’image d’une poule et de ses poussins le suggère. Cette effusion de compassion divine préfigure la lamentation de Jésus sur Jérusalem, au moment où il s’en approcherait pour la dernière fois (#Lu 19: 41). Elle traduit, à n’en pas douter, des émotions sincères et profondes.

ai-je voulu …  vous ne l’avez pas voulu. A plus d’une reprise, Jésus fit part de son affliction à cause de l’état de ruine spirituelle dans lequel se trouvait Jérusalem. Le fait qu’il se désolait de cette situation ne diminue en rien sa souveraineté absolue sur tout ce qui arrive. Inversement, la réalité de la souveraineté divine ne peut être invoquée pour mettre en doute la sincérité de sa compassion.

13: 35 Chez Luc, ce passage est situé bien plus tôt dans le ministère de Christ que le passage parallèle de #Mt 23:37-39 qui relate les paroles de Jésus dans le temple au cours de ses derniers jours à Jérusalem. Les mots employés dans les deux passages sont pourtant quasiment identiques. Ici, Christ délivre prophétiquement le message qu’il prononcera ultérieurement en tant que jugement final.

Béni. Citation du #Ps 118:26.

 

LUKE 13 : 1 À 35  ***

 

1 ¶ At that time, some people who were there told Jesus what had happened to the Galileans whose blood Pilate had mingled with their sacrifices.

2 He said to them: Do you think that these Galileans were worse sinners than all other Galileans because they suffered this way?

3 No, I tell you. But if you repent you will all likewise perish.

4 Or those eighteen upon whom the tower in Siloam fell and killed them, think ye that they were sinners above all men that dwelt in Jerusalem?

5 No, I tell you. But if you repent you will all likewise perish.

6 ¶ And he told this parable: A man had a fig tree planted in his vineyard. And he came seeking fruit on it and found none.

7 Then he said to the vineyard, 'For three years I come seeking fruit on this fig tree and I find none. Cut it down, why does it use up the soil?

8 And he answered him: Lord, the leaves-even this year; I dig around it and put on manure.

9 Perhaps in the future he will bear fruit; otherwise you can cut.

10 ¶ Jesus was teaching in one of the synagogues on the Sabbath.

11 And behold, there was a woman which had a spirit of infirmity for eighteen years; she was bent over and could not straighten up at all.

12 When Jesus saw her, spoke to her, and said unto her, Woman, thou art loosed from thine infirmity.

13 And he laid his hands. At the moment it straight, and glorified God.

14 But the ruler of the synagogue, indignant because Jesus had healed on the Sabbath, said to the crowd, There are six days to work; So come and be healed on those days, not on the Sabbath.

15 Hypocrites! replied the Lord, is that each of you on the Sabbath, does not detach from the crib his ox or his donkey to carry the drink?

16 And this woman, being a daughter of Abraham, whom Satan bound for eighteen years, should not be loosed from this bond on the Sabbath?

17 While he was speaking, all his adversaries were ashamed: and all the people rejoiced for all the glorious things he did.

18 ¶ And he said, What is the kingdom of God is like? And to what shall I compare it?

19 It is like a mustard seed, which a man took and cast into his garden; It grew and became a tree, and the birds of the air lodged in the branches.

20 And he said, What shall I compare the kingdom of God?

21 It is like yeast that a woman took and hid in three measures of meal, till the whole lump.

22 And he went through the cities and villages, teaching, and journeying to Jerusalem.

23 ¶ Then one said unto him, Lord, are there few that be saved? He replied:

24 Strive to enter through the narrow door. For I say unto you, will seek to enter and will not be able.

25 When the master of the house has risen and shut the door, and you stand outside, you begin to knock on the door, saying, Lord, Lord, open to us! he will answer: I do not know where you are.

26 Then shall ye begin to say, We have eaten and drunk in thy presence, and thou hast taught in our streets.

27 And he shall say, I tell you, I know you not whence ye are; Depart from me, all ye workers of iniquity.

28 This is where there will be weeping and gnashing of teeth when you see Abraham, Isaac and Jacob and all the prophets in the kingdom of God, and you yourselves thrust out.

29 And they shall come from the east and west, north and south, and they shall sit down in the kingdom of God.

30 And behold, there are last who will be first, and first who will be last.

31 ¶ That same day, some Pharisees came to him: Go away, leave here, for Herod wants to kill you.

32 He said to them, Go and tell that fox, Behold, I cast out devils and I do cures today and tomorrow, and the third day I finish.

33 Nevertheless I must walk today and tomorrow and the next day; because it can not be that a prophet perish out of Jerusalem.

34 Jerusalem, Jerusalem, you who kill the prophets and stones those who are sent unto thee, how often would I have gathered your children together as a hen gathers her brood under her wings, and you did not!

35 Behold, your house is left to you; but I tell you, you will not see me, until you say, Blessed is he who comes in the name of the Lord!

NOTES JOHN MACARTHUR

13: 1

the Galileans whose blood Pilate had mingled with their sacrifices. This incident matches the character of Pilate as we know otherwise. Obviously, some Galileans worshipers who fell under the condemnation of Rome-perhaps they belonged to a group of zealots who were seditious sought and killed in the Temple by the Roman authorities while they were offering a sacrifice. Such a murder was a particularly shocking blasphemy. Such incidents were inflame hatred of Jews against Rome and eventually led to a rebellion that led to the destruction of the Jerusalem temple in 70 AD. AD

13: 2

greater sinners. Many believed that all the disasters and all sudden deaths were the expression of divine anger over specific sins (cf. #Job 4: 7). In their eyes, those who suffered unusually were bound to be guilty of a particularly serious immorality (cf. #Jn 9: 2).

13: 3

if you repent. Jesus does not deny the existence of a link between disasters and the evil committed by men. Indeed, the original cause of all afflictions is the curse of fallen humanity (#Ge 3: 17-19). In addition, specific calamities may be the result of some bad specific actions (#Pr 24: 16). However, Christ calls into question the idea, fairly widespread, which suggests that people spared by the disaster are because of their moral superiority over the victims. He calls everyone to repentance, because no one is immune to sudden death. Nobody can be sure to have a preparation time before dying, so all must repent today (see # 2 Cor 6: 2).

will all likewise perish. It was a prophetic warning of the coming judgment on Israel, which would culminate in 70 with the catastrophic destruction of the temple in Jerusalem and the massacre of thousands of residents of the city by the Romans.

13: 4

Siloam. A space at the south end of the lower city of Jerusalem, where there was a famous pool (see #Jn 9: 7, #Jn 9:11). Obviously, one of the towers overlooking the aqueduct collapsed while she was perhaps still under construction, and had caused the death of several people. Again, the question that occupied the minds of people, it was that of the relationship between the disaster and the mistakes ("more guilty"). Jesus said that such a disaster does not represent a divine means to condemn to death a group of particularly poor people, but it serves as a warning to all sinners. The judgment by disasters befall on all eventually, if they do not repent.

13: 6

fig. This tree is often used as a symbol of Israel. However, the lesson of this parable on the absence of fruit applies as much to the nation as a whole and to each considered individually.

13: 8

let it alone this year. This passage also illustrates the intercession of Christ that mercy and extreme patience of the Father.

13:10

synagogues. The place where Jews gather to pray (synagogue is a transcript from the Greek word meaning "action together"). The origin of the synagogue dates back to the period of the Babylonian exile after the destruction of the temple by Nebuchadnezzar in 586 BC. AD They were places of worship and teaching. Jesus there often taught (see v #Mr 1:39; #Mr. 3: 1; #Mr 6: 2), and Paul (see #AC 13: 5; #AC 14: 1; #AC 17: 1).

 

the Sabbath. The righteous traditions tied to the Sabbath were the most frequent theme of conflicts in the ministry of Jesus. See #Lu 6: 5-11; #Lu 14: 1-5; #Mt 12: 2-10; #Mr 2: 23-3: 4.

13: 11

a spirit of infirmity. This passage suggests that physical infirmity of this woman, which prevented him from standing, was caused by an evil spirit. However, Christ did not have to oppose a demon to hunt, but he simply said that the woman was issued (v #Lu. 13: 12). His case was not of the same nature as other cases of demonic possession that he had treated (cf. #Lu 11:14.

13: 12

addressed him. The woman did not seek healing, Jesus himself took the initiative (cf. #Lu 7: 12-14). Furthermore, neither she nor anyone else had to demonstrate a particular faith. Jesus sometimes asked to engage in a process of faith, but this call does not always intervene (see #Lu 8:48; #Mr 5:34).

13: 14

the leader of the synagogue. A prominent figure whose task was to chair such meetings, to take care of the building and direct teaching in the synagogue (cf. #Lu 8:41; 9:18 #Mt; #Mr 5:38).

13: 15

... loose his ox. Nothing in Scripture forbade give drink to an ox or healing the sick on the Sabbath. The righteous traditions concerning the Sabbath actually gave more value to animals to people in need. They would lead to a corruption of the original purpose of this day (#Mr 2:27).

13: 16

a daughter of Abraham. That is to say, a Jew.

whom Satan bound. Physical ailments and other calamities Job suffered were also inflicted by Satan with God's permission. It seems that the suffering of this woman was not due to any wrong she committed, but she suffered so that the glory of God can manifest (see #Jn 9: 3).

13: 22

towns and villages. Geographical indications of Luke often remain vague; anyway, most readers whom he addressed certainly ignorant of the geography of the Holy Land. #Mt 19: 1; #Mr 10: 1 and 10:40 #Jn all confirm that Christ moved his ministry in the area east of the Jordan and known as Perea. This change came probably at this point in Luke's account. Thus, the localities that he went through could be located both in Judea Perea.

journeying toward Jerusalem. During his ministry in Judea and Perea, Christ went to Jerusalem to more than one occasion at least once during the Feast of Tabernacles (#Jn 7: 11-8: 59), another time for the festive Dedication (#Jn 9: 1-10: 39), when he finally raised Lazarus. Luke wanted to highlight the constant progression of Christ to Jerusalem, where he had to die in order to accomplish its mission. That is why he presents his various moves as stages of this long journey.

13: 23

are there few that be saved? Several factors have caused this issue. The multitudes who followed Jesus had formerly fading effect leaving only remains faithful (cf. #Jn 6:66). Large crowds still came to listen (#Lu 14: 25), but the disciples decided to follow him were becoming increasingly rare. Moreover, Christ's message seemed made to discourage people to lukewarm. He himself said that the door is so narrow that few find it (#Mt 7:14). This teaching blatantly contradicted the belief of the Jews that they would all be saved, except for collectors and other notorious sinners. Christ's response underlines once again the difficulty to enter through the narrow gate. After the resurrection, no more than 120 disciples gathered in the upper room in Jerusalem (#AC 1:15), and only about 500 in Galilee (# 1 Corinthians 15: 6.

13: 24

Strive. This term refers to a large fight in a conflict. Christ does not suggest that we might merit heaven by making efforts to achieve it. Whatever the punishment that sinners give themselves to achieve this, they will never save themselves. The only salvation is by grace, not by works (#EP 2: 8-9). However, it is difficult to enter through the narrow gate because of the cost in terms of human pride, of natural love the sinner for sin, and because of the joint opposition of Satan and the world the truth .

will seek to enter. At the trial, when many people will protest and argue deserve to go to heaven (cf. #Mt 7: 21-23).

13: 25

I do not know where you are. See #Mt 7:23; #Mt 25:12. It will be clear that there was never any relationship between them, although some have nourished the illusion of knowing the owner of the house (v #Lu. 13: 26). Despite their protests, it will reiterate its refusal (v #Lu. 13: 27).

13: 28

weeping and gnashing of teeth. This expression describes the inconsolable pain and torment without rest. Jesus commonly employed to speak of hell (cf. #Mt 13: 42 #Mt 13: 50; #Mt 24: 51).

13: 29

It will come. By including people from the four corners of the earth, Jesus clearly stated that non-Jews would also be invited to the table of the heavenly feast. This teaching was certainly contrary to Rabbinic thought that predominated at the time, but he was nonetheless fully consistent with AT (#PS 107: 3; #Esa 66: 18-19; #Mal 1:11).

13: 30

last ... first ... first ... last. From the context, this word seems to oppose the Jews ("first") to non-Jews ("last").

13: 31

leave here. Herod Antipas ruled Galilee and Perea. Christ approached Perea, or it was already there to minister. It is likely that the Pharisees who were not friends of Herod - Christ warned in their own interest. They hoped that the threat of violence from Herod to reduce silence or, at least, would return to Judea, where the council could exercise jurisdiction over him.

13: 32

this fox. Some have suggested that the use of this term by Jesus would be difficult to reconcile with #Ex 22: 28; #EC 10:20 ET #AC 23: 5. However, these vv. apply to a discourse of everyday life. The prophets, who acted as a spokesman of God and under cover of its authority, often had to publicly back the rulers (see #Esa 1:23; #Ez 22: 27; #Os 7: 3-7; #Sop 3: 3). As he spoke with full divine authority he was quite right to speak of Herod in these terms. The rabbinic writings often made use of the word "fox" to describe a person who was at the same time clever and worthless. The Pharisees who trembled before the power of Herod certainly had to wonder at the boldness shown by Christ.

today and tomorrow, and the third day. It only means that Christ was according to its preset divine plan; there is no question here of three days literally. Common in Semitic languages, formulas like this are rarely taken in a literal sense to specify a specific time period.

I finish. When he had accomplished its work by dying on the cross. See #Jn 17: 4-5; #Jn 19: 30; # Hey 2:10. Herod threatened to kill him, but nobody could kill him before his time is coming (#Jn 10: 17-18).

13: 33

it is not appropriate. The prophets who lived martyrdom were obviously not all executed in Jerusalem. Jean-Baptiste, p. ex., was probably beheaded in the palace of Herod at Machaerus. This expression was certainly a familiar proverb, like the adage of #Lu 4:24 ET #Mt 13: 57. The assertion wry noted that most OT prophets suffered in the hands of the Jews, not their enemies. By including these words in Luke's narrative that emphasizes the theme of this part of his Gospel: the inexorable journey of Jesus to Jerusalem to die.

13: 34

Jerusalem, Jerusalem. These words express a great tenderness, as the image of a hen and her chicks suggests. This outpouring of divine compassion prefigures the lament of Jesus over Jerusalem, when he would approach in last (#Lu 19: 41). It reflects, in no doubt, sincere and deep emotions.

I wanted ... you did not want. On more than one occasion, Jesus communicated his affliction because of the spiritual state of ruin in which was Jerusalem. The fact that he was in despair at this situation does not diminish its absolute sovereignty over everything that happens. Conversely, the reality of God's sovereignty can not be invoked to question the sincerity of his compassion.

13: 35 In Luke, this passage is located much earlier in the ministry of Christ that the parallel passage #Mt 23: 37-39 which recounts the words of Jesus in the temple during his last days in Jerusalem. The words used in the two passages are however almost identical. Here Christ prophetically delivers the message he will deliver later as a final judgment.

Blessed. Quote of #PS 118: 26.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/