LUC 17 : 1 À 19***LUKE 17 : 1 À 19 ***

20/05/2015 08:59

LUC 17 : 1 À 19***

 

1 ¶  Jésus dit à ses disciples : Il est impossible qu’il n’arrive pas des scandales ; mais malheur à celui par qui ils arrivent !

2  Il vaudrait mieux pour lui qu’on mît à son cou une pierre de moulin et qu’on le jetât dans la mer, que s’il scandalisait un de ces petits.

3  Prenez garde à vous-mêmes. Si ton frère a péché, reprends-le ; et, s’il se repent, pardonne-lui.

4  Et s’il a péché contre toi sept fois dans un jour et que sept fois il revienne à toi, disant : Je me repens, — tu lui pardonneras.

5  Les apôtres dirent au Seigneur : Augmente-nous la foi.

6  Et le Seigneur dit : Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce sycomore: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer ; et il vous obéirait.

7  Qui de vous, ayant un serviteur qui laboure ou paît les troupeaux, lui dira, quand il revient des champs : Approche vite, et mets-toi à table ?

8  Ne lui dira-t-il pas au contraire: Prépare-moi à souper, ceins-toi, et sers-moi, jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; après cela, toi, tu mangeras et boiras ?

9  Doit-il de la reconnaissance à ce serviteur parce qu’il a fait ce qui lui était ordonné ?

10  Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.

11 ¶  Jésus, se rendant à Jérusalem, passait entre la Samarie et la Galilée.

12  Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance,

13  (17-12) ils élevèrent la voix, et dirent : (17-13) Jésus, maître, aie pitié de nous !

14  Dès qu’il les eut vus, il leur dit : Allez vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu’ils y allaient, il arriva qu’ils furent guéris.

15  L’un d’eux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.

16  Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces. C’était un Samaritain.

17  Jésus, prenant la parole, dit: Les dix n’ont-ils pas été guéris ? Et les neuf autres, où sont-ils ?

18  Ne s’est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ?

19  Puis il lui dit : Lève-toi, va ; ta foi t’a sauvé.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

17: 1

scandales. Littéralement « obstacles qui font trébucher ». Il faut s’attendre à ce que les gens du monde causent des ennuis aux chrétiens, les fassent trébucher et pécher. Ils seront jugés pour ce qu’ils auront fait. Mais d’autres croyants ne doivent pas conduire leurs frères dans le péché, directement ou indirectement. La mort y serait préférable. Cf. #Ro 14: 13, #Ro 14: 19, #Ro 14: 21 ; #Ro 15: 2 ; #1Co 8:13.

 17: 2

une pierre de moulin. Une grosse pierre utilisée pour moudre le grain. Littéralement « une meule d’âne », c’est-à-dire une pierre tellement grande qu’il fallait un âne pour la tourner. Les non-Juifs pratiquaient ce genre d’exécution, ce qui rebutait d’autant plus les Juifs.

 

ces petits. C’est-à-dire les croyants, les enfants de Dieu qui sont sous sa protection. Dans ce contexte, le mot « enfant » n’est pas à prendre dans son sens littéral. Il représente ceux qui se sont rendus humbles comme des enfants (vv. #Mt 18:3-4), c’est-à-dire les vrais croyants (v. #Mt 18: 6).

17: 3

reprends-le. Un chrétien doit agir avec droiture et franchise envers un frère ou une sœur qui commet un péché. Les prescriptions portant sur la discipline au sein de l’Église doivent être considérées à la lumière de la parabole de la brebis perdue. L’objectif final de ce processus n’est autre que le rétablissement. En cas de succès, « tu as gagné ton frère ». La première étape consiste à lui exposer sa faute en privé.

17: 4

sept fois dans un jour. C’est-à-dire quel que soit le nombre de fois où il pèche et se repent. Les rabbins, citant certains vv. d’Amos (#Mt 1:3, #Mt 1:6, #Mt 1:9, #Mt 1:11, #Mt 1:13), enseignaient qu’il était présomptueux et inutile de pardonner à autrui plus de trois fois, puisque Dieu n’avait pas pardonné plus aux ennemis d’Israël.

 Le chiffre sept ne constitue pas une limite à ne pas dépasser (cf. #Ps 119:164); bien au contraire, Christ déclare que le pardon doit être accordé de manière illimitée (cf. #Ep 4:32 ; #Col 3:13).

17: 5

Augmente-nous la foi. Ils se sentaient incapables de satisfaire aux normes élevées qu’il plaçait devant eux.

17: 6

de la foi comme un grain de sénevé. Selon la définition de Christ, la foi authentique implique toujours l’abandon de soi à la volonté de Dieu. Ce qu’il enseigne ici est loin d’une psychologie de la pensée positive, car la source et l’objet de la foi authentique  même celle qui est petite et faible comme un grain de moutarde - c’est Dieu. Et « rien n’est impossible à Dieu » (#Lu 1:37).

17:7-10 Le message de cette parabole, c’est qu’un serviteur ne doit s’attendre à aucune récompense particulière pour avoir accompli son devoir. Les principes exigeants définis par Christ (vv. #Lu 17:1-4) pouvaient sembler trop élevés aux disciples, mais ils ne représentaient que les devoirs minimaux d’un serviteur de Christ. Ceux qui obéissent à ses commandements ne doivent en aucun cas penser que leur obéissance correspond à un quelconque mérite.

17: 10

serviteurs inutiles. Ils ne méritent aucun honneur particulier.

17: 11

se rendant à Jérusalem, passait entre la Samarie et la Galilée. Luc n’explique pas pourquoi Jésus effectua ce détour, mais une comparaison des Évangiles fournit quelques indications; on peut en déduire que du temps s’était écoulé entre le v. 10 et le v. 11. La résurrection de Lazare à Béthanie, près de Jérusalem (#Jn 11), semble s’insérer dans cette période. #Jn 11:54 affirme qu’après la résurrection de Lazare, et dans le but d’échapper aux autorités qui cherchaient à le tuer, Christ se retira dans « une ville appelée Ephraïm », située au nord de Jérusalem et près de la frontière avec la Samarie. De là, il voyagea apparemment une fois de plus vers le nord, à travers la Samarie et la Galilée, peut-être dans le but de retrouver des amis et des membres de sa famille, venus de Galilée, qui faisaient un pèlerinage à Jérusalem pour la Pâque. Il serait ensuite allé vers le sud en empruntant la route habituelle, qui le conduirait à Jérusalem en passant par Jéricho (#Lu 18: 35).

17: 12

lépreux. Ces hommes rituellement impurs étaient condamnés à vivre en dehors du village (#Lé 13: 46 ; #No 5:2-3). Selon la loi, ils devaient se tenir à distance, c’est pourquoi ils s’adressent à Christ en criant.

LÈPRE Ce terme désignait différentes affections de la peau, parfois superficielles, parfois graves. Ce que nous appelons aujourd’hui « lèpre » (la maladie de Hansen) en faisait probablement partie. Les symptômes décrits aux vv. 2, 6, 10, 18, 30 et 39 ne suffisent pas à poser un diagnostic. Pour la protection des personnes, la surveillance et l’isolement étaient exigés dans tous les cas où l’on pouvait suspecter une maladie contagieuse. Ce que la Bible appelle « lèpre » se manifestait par une couleur blanche (v. #Lé 13:3  ; #Ex 4:6) qui défigurait sa victime sans toutefois l’estropier. Naaman put exercer ses fonctions de général de l’armée syrienne tout en étant lépreux (#2R 5:1, #2R 5:27). Le fait que les lépreux de l’A.T. et du N.T. circulaient presque partout indique qu’il ne s’agissait pas de la lèpre actuelle. La victime de cette maladie squameuse était impure aussi longtemps que l’infection était partielle. Une fois que le corps en était recouvert, elle était pure et pouvait pénétrer dans le lieu de culte (voir vv. 12-17). La période de contagion était apparemment terminée. L’allusion à un ulcère (vv. #Lé 13:18-28) avec des parties enflammées ou écorchées et des poils blanchis peut désigner une infection contagieuse. Christ guérit des lépreux qui n’étaient ni estropiés ni déformés. Ils ne furent jamais transportés sur des brancards. Des affections cutanées similaires sont décrites aux vv. #Lé 13:29-37 et 38-44 (une inflammation consécutive à une infection). Le but de ces lois était de protéger les êtres des maladies, mais surtout de leur inculquer, grâce à des exemples vivants, la pureté et la sainteté que Dieu désirait au sein de son peuple.

 17: 13

aie pitié de nous. Cf. #Lu 16: 24 ; #Lu 18:38-39 ; #Mt 9:27 ; #Mt 15: 22 ; #Mt 17: 15 ; #Mt 20: 31 ; #Mr 10:47-48. C’était la requête habituelle émanant de ceux qui désiraient être guéris.

17: 14

vous montrer aux sacrificateurs. Pour que ceux-ci les déclarent purs (#Lé 13:2-3 ; #Lé 14:2-32).

pendant qu’ils y allaient. La guérison est soudaine et immédiatement visible, mais elle ne se produit qu’une fois qu’ils ont obéi à son ordre.

17: 15

L’un d’eux …  revint. Sa réaction rappelle celle de Naaman (#2R 5:15). Les autres, dans leur hâte d’être déclarés purs et de reprendre leur vie et leur place normale dans la société, continuent certainement leur route vers les sacrificateurs et oublient d’exprimer leur reconnaissance.

17: 16

C’était un Samaritain. Le fait que Jésus envoya les lépreux vers les sacrificateurs permet de supposer qu’ils étaient juifs. Ce Samaritain avait été autorisé à se joindre à eux lorsqu’ils étaient tous rituellement impurs, mais une fois guéris, ils ne manifestèrent pas la même gratitude que lui.

 

LUKE 17 : 1 À 19  ***

 

1 ¶ Jesus said to his disciples: It is impossible that no offenses come; but woe to him through whom they come!

2 It were better for him that hanged about his neck a millstone, and he cast into the sea, than that he should offend one of these little ones.

3 Take heed to yourselves. If your brother sins, rebuke him; and if he repents, forgive him.

4 And if he sins against you seven times in a day, and seven times turn again to thee, saying, I repent, - you shall forgive him.

5 The apostles said to the Lord: Increase our faith.

6 And the Lord said, If ye have faith as a mustard seed, you will say to this mulberry tree, 'Be uprooted and planted in the sea; and it would obey you.

7 Which of you, having a servant plowing or feeding cattle, will say to him when he returns from the field, Go and sit down to meat?

8 Do not he tell him the contrary: Prepare my supper, and gird thyself, and serve me, till I have eaten and drunken; afterward thou shalt eat and drink?

9 Does he thank the servant because he did what was ordered?

10 So you also, when you have done all that are commanded you, say, We are unprofitable servants; we have done what we had to do.

11 ¶ And Jesus went to Jerusalem, passing between Samaria and Galilee.

12 As he entered a village, ten lepers met him. Standing afar off,

13 (17-12) lifted up their voices, saying, (17-13) Jesus, Master, have mercy on us!

14 When he saw them he said, Go show yourselves to the priests. And as they went, they were cleansed it.

15 One of them, seeing himself cured, turned back, praising God in a loud voice.

16 He fell on his face at Jesus' feet, and giving him thanks. He was a Samaritan.

17 And Jesus answering said, The Ten have not they been cured? The other nine, where are they?

18 Was no one found this foreigner returned to give glory to God?

19 And he said to him: Arise, go; your faith has saved.

NOTES JOHN MACARTHUR

17: 1

scandal. Literally "obstacles for tripping." It is expected that the people of the world are causing problems for Christians, do stumble and sin. They will be judged for what they have done. But other believers should not lead their brothers in sin, directly or indirectly. Death would be preferable. See #Ro 14: 13 #Ro 14: 19 #Ro 14: 21; #Ro 15: 2; # 1 Corinthians 8:13.

 17: 2

a millstone. A large stone used to grind grain. Literally "a millstone" that is to say, such a large stone he had a donkey to turn. Non-Jews engaged in such execution, which discouraged especially Jews.

 

these little ones. That is to say the believers, God's children who are under his protection. In this context, the word "child" is not to be taken in its literal sense. He represents those who are humbled as children (vv #Mt. 18: 3-4), that is to say, the true believers (v #Mt. 18: 6).

17: 3

rebuke him. A Christian must act with honesty and openness with a brother or sister committing a sin. The requirements relating to the discipline of the Church should be considered in light of the parable of the lost sheep. The ultimate goal of this process is none other than recovery. If successful, "thou hast gained thy brother." The first step is to expose him his fault in private.

17: 4

seven times in a day. That is to say, regardless of the number of times he sins and repents. The rabbis, quoting some verses. Amos (#Mt 1: 3, #Mt 1: 6, #Mt 1: 9, 1:11 #Mt, #Mt 1:13), taught that it was presumptuous and unnecessary to forgive others more than three time, since God had not forgiven more to Israel's enemies.

 The number seven is not a limit not to be exceeded (see #PS 119: 164); rather, Christ states that forgiveness should be granted unlimited (cf. #EP 4:32; #Col 3:13).

17: 5

Increase our faith. They felt unable to meet the high standards he set before them.

17: 6

faith as a mustard seed. According to the definition of Christ, genuine faith always involves self-abandonment to the will of God. What he teaches here is far from a psychology of positive thinking, because the source and object of genuine faith even one that is small and weak like a mustard seed - is God. And "nothing is impossible with God" (1:37 #Lu).

17: 7-10 The message of this parable is that a servant should expect any special reward for having done his duty. Demanding principles defined by Christ (vv #Lu. 17: 1-4) might seem too high to the disciples, but they represented only the minimum duties of a servant of Christ. Those who obey his commandments must never think that their obedience matches any merit.

17: 10

useless servants. They do not deserve any special honor.

17: 11

traveling to Jerusalem, passing between Samaria and Galilee. Luke does not explain why Jesus effected this detour, but a comparison of the Gospels provides some indications; we can deduce that the time had passed between ver. 10 and v. 11. The Resurrection of Lazarus in Bethany, near Jerusalem (#Jn 11), seems to fit into this period. #Jn 11:54 says that after the resurrection of Lazarus, and in order to escape the authorities who sought to kill him, Christ retired to "a city called Ephraim", located north of Jerusalem and near the border with Samaria. From there he apparently traveled once more to the north, through Samaria and Galilee, perhaps in order to meet friends and family members who came from Galilee, who made a pilgrimage to Jerusalem Passover. It would then went south via the usual route, which would lead him to Jerusalem through Jericho (#Lu 18: 35).

17: 12

lepers. These ritually impure men were condemned to live outside the village (# Lev 13: 46; #No 5: 2-3). By law, they had to hold off, that's why they come to Christ, crying.

LEPROSY This term meant different skin conditions, sometimes superficial, sometimes serious. What we now call "leprosy" (Hansen's disease) probably belonged. The symptoms described in vv. 2, 6, 10, 18, 30 and 39 are not enough to make a diagnosis. For the protection of persons, surveillance and isolation were required in all cases where one could suspect a contagious disease. What the Bible calls "leprosy" was shown by a white color (# v Lev. 13: 3; #Ex 4: 6) which disfigured his victim without maim. Naaman could exercise its General of the Syrian army while lepers (# 2R 5: 1, # 2R 5:27). The fact that the lepers of A.T. and NT were circulating almost everywhere indicates that it was not the current leprosy. The victim of this disease was flaky unclean as long as the infection was partial. Once the body was covered, it was pure and could enter the place of worship (see vv. 12-17). The period of contagion was apparently over. The allusion to an ulcer (vv # Lev. 13: 18-28) with inflamed parts or skinned and bleached hair may designate a contagious infection. Christ heals lepers who were not crippled or deformed. They were never carried out on stretchers. Similar skin disorders are described in vv. # Lev 13: 29-37 and 38-44 (an inflammation following infection). The purpose of these laws was to protect the beings of diseases, but especially to teach them through living examples, the purity and holiness in God wanted his people.

 17: 13

have mercy on us. See #Lu 16: 24; #Lu 18: 38-39; #Mt 9:27; #Mt 15: 22; #Mt 17: 15; #Mt 20: 31; #Mr 10: 47-48. It was the usual request from those who wanted to be healed.

17: 14

you show the priests. To say that these are the pure (# Lev 13: 2-3; Lev # 14: 2-32).

as they went. Healing is sudden and immediately visible, but it happens only once they have obeyed his order.

17: 15

One of them came back .... His reaction is reminiscent of Naaman (# 2R 5:15). Others, in their haste to be declared pure and resume their lives and their normal place in society, certainly continue their way to the priests and forget to express their gratitude.

17: 16

He was a Samaritan. The fact that Jesus sent the lepers to the priests to suppose they were Jews. This Samaritan had been allowed to join them when they were all ritually impure, but once healed, they are not manifested the same gratitude as he.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/