LUC 23 : 26 À 56 ***LUKE 23 : 26 À 56 ***

11/06/2015 08:08

LUC 23 : 26 À 56 ***

 

26 ¶  Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu’il la porte derrière Jésus.

27  Il était suivi d’une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui.

28  Jésus se tourna vers elles, et dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants.

29  Car voici, des jours viendront où l’on dira : Heureuses les stériles, heureuses les entrailles qui n’ont point enfanté, et les mamelles qui n’ont point allaité !

30  Alors ils se mettront à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! Et aux collines : Couvrez-nous !

31  Car, si l’on fait ces choses au bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ?

32 ¶  On conduisait en même temps deux malfaiteurs, qui devaient être mis à mort avec Jésus.

33  Lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, ainsi que les deux malfaiteurs, l’un à droite, l’autre à gauche.

34  Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort.

35  Le peuple se tenait là, et regardait. Les magistrats se moquaient de Jésus, disant : Il a sauvé les autres ; qu’il se sauve lui-même, s’il est le Christ, l’élu de Dieu !

36  Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant et lui présentant du vinaigre,

37  ils disaient : Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même !

38  Il y avait au-dessus de lui cette inscription : Celui-ci est le roi des Juifs.

39  L’un des malfaiteurs crucifiés l’injuriait, disant : N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous !

40  Mais l’autre le reprenait, et disait : Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation ?

41  Pour nous, c’est justice, car nous recevons ce qu’ont mérité nos crimes ; mais celui-ci n’a rien fait de mal.

42  Et il dit à Jésus : Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne.

43  Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.

44 ¶  Il était déjà environ la sixième heure, et il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu’à la neuvième heure.

45  Le soleil s’obscurcit, et le voile du temple se déchira par le milieu.

46  Jésus s’écria d’une voix forte : Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira.

47  Le centenier, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu, et dit: Certainement, cet homme était juste.

48  Et tous ceux qui assistaient en foule à ce spectacle, après avoir vu ce qui était arrivé, s’en retournèrent, se frappant la poitrine.

49  Tous ceux de la connaissance de Jésus, et les femmes qui l’avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient dans l’éloignement et regardaient ce qui se passait.

50 ¶  Il y avait un conseiller, nommé Joseph, homme bon et juste,

51  qui n’avait point participé à la décision et aux actes des autres ; il était d’Arimathée, ville des Juifs, et il attendait le royaume de Dieu.

52  Cet homme se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus.

53  Il le descendit de la croix, l’enveloppa d’un linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n’avait encore été mis.

54  C’était le jour de la préparation, et le sabbat allait commencer.

55  Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé,

56  et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat, selon la loi.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

 

#26-31 Nous trouvons dans ce texte, Jésus, l’Agneau béni de Dieu, un agneau « mené à la boucherie », au supplice de la croix.

Beaucoup de personnes Lui faisaient des reproches et se moquaient de Lui, cependant certains en avaient pitié. La mort de Christ était en fait une victoire et un triomphe sur Ses ennemis : c’était pour notre salut et pour notre obtention de la vie éternelle. Ne pleurons donc pas Jésus crucifié, mais « pleurons » plutôt et regrettons nos péchés et ceux de nos enfants, qui furent à l’origine de Sa mort ; repentons-nous de nos fautes, par peur des malheurs qui nous attendent, si nous dédaignons Son amour et si nous refusons Sa grâce.

Si Dieu a livré Son Fils, sacrifié pour le péché, à de telles souffrances, que fera-t-Il des pécheurs perdus, qui ne sont que des « arbres secs », une génération corrompue et perverse, totalement inutile ? Les souffrances cruelles de notre Seigneur Jésus doivent nous pousser à craindre la Justice divine. Les meilleurs des hommes, comparés à Christ, ne sont que des « arbres secs » ; si Christ a tant souffert à la croix, pourquoi ne souffriraient-ils pas, en cas de refus de Sa Grâce ? Et que dire alors de la damnation qui menace les pécheurs invétérés ?

Même les souffrances de Christ « prêchent » la terreur aux transgresseurs endurcis.

#32-43 Dès que Christ eut été attaché à la croix, Il pria pour ceux qui le crucifiaient. Le seul but de Sa mort était de nous faire obtenir par Dieu le pardon de nos péchés. C’est pour cette raison qu’Il pria.

Jésus fut crucifié entre deux voleurs ; ces deux personnages, par leurs différentes réactions adressées au Seigneur, montrèrent les différentes destinées spirituelles qui les attendaient, après qu’ils eurent entendu le message de la croix, à savoir la prédication de l’Évangile.

Un des deux malfaiteurs est resté endurci jusqu’à la fin. Certains cœurs vraiment iniques ne désirent pas changer, même au plus fort de l’épreuve.

L’autre brigand finit par s’humilier devant Christ : il fut préservé du feu éternel pour devenir un exemple célèbre de grandeur de la Miséricorde divine. Cette attitude n’est absolument pas un encouragement pour ceux qui veulent différer leur repentir jusqu’à leur lit de mort, espérant alors qu’ils bénéficieront encore de cette Miséricorde divine.

Il est certain qu’il n’est jamais trop tard pour se repentir, mais une repentance tardive est hélas rarement sincère. Nul ne peut vraiment affirmer avoir le temps de confesser ses péchés avant sa mort, devant Dieu ; tout homme peut être sûr de ne pas pouvoir bénéficier des mêmes avantages qu’avait ce voleur repentant : être à côté de Jésus !

Nous trouverons que le cas de ce brigand est bien singulier, si nous observons la portée exceptionnelle de la Grâce de Dieu, à son égard. Il a blâmé son compagnon, qui injuriait Christ. Il estima que ce Dernier ne méritait pas le sort qui Lui était réservé. Il était persuadé que Jésus souffrait de cette horrible sentence, alors qu’Il n’avait commis aucun méfait.

Observons la foi dans la prière de cet homme : Christ était à ce moment dans toute la profondeur de la disgrâce divine, souffrant comme un imposteur, et abandonné par son Père. Ce voleur a confessé sa foi, avant que les miracles qui eurent lieu après la mort de Christ ne viennent « honorer » Ses souffrances et que le centenier ne soit effrayé et poussé à glorifier Dieu. Ce malfaiteur a cru à une vie dans l’au-delà, et a désiré y participer, à l’inverse de son compagnon, qui ne voulait seulement qu’être délivré du supplice de la croix.

Remarquons l’humilité de la prière de ce brigand : il n’a fait que demander : « Seigneur, souviens-toi de moi » ; il laissait à Jésus le soin de décider de quelle manière IL allait se souvenir de lui. Il s’est ainsi humilié dans une véritable repentance, et en a bénéficié de tous les fruits.

Christ sur la croix, malgré Ses souffrances, se comportait avec une certaine majesté, semblable à celle qu’Il allait avoir plus tard sur Son trône. Bien qu’Il soit en pleine lutte contre cette mort affreuse, subissant une terrible agonie, Il avait cependant pitié d’un pauvre brigand pénitent. Par cet acte de Grâce, nous devons comprendre que Jésus-Christ est mort pour ouvrir le Royaume des cieux à tous les croyants, pénitents et obéissants.

Il s’agit là d’un exemple unique dans l’Écriture ; cela doit nous apprendre à ne jamais désespérer quand on invoque Jésus, sans compter sur ses propres forces ; pour que cette situation soit bien claire, elle est opposée à celle de l’autre voleur, mort en restant endurci dans son incrédulité, alors que le Sauveur crucifié était si près de lui !

Hélas, en général, les hommes meurent dans le même esprit qu’ils ont eu leur vie durant … 

#44-49 Nous avons dans ce texte la description de la mort de Christ, suivie de manifestations miraculeuses ; cette mort tragique était réellement appréhendée, comme en témoignent Ses paroles exprimées par son âme, à Gethsémané. Jésus était disposé à s’offrir Lui-même.

Cherchons à glorifier Dieu par une repentance et une conversion qui soient vraiment authentiques ; soyons véritablement horrifiés par ceux qui ont crucifié le Sauveur ; pratiquons une vie sobre, vertueuse et pieuse, en employant nos talents au service de Celui qui est mort pour nous et qui est ressuscité !

#50-56 Beaucoup de personnes, ne cherchant pas à manifester leur foi de manière ostensible, ou d’autres, au contraire, le faisant avec une certaine arrogance bruyante, seront cependant comme Joseph d’Arimathée, disposées à rendre de réels services à leur prochain, au moment opportun.

Christ a été enseveli en hâte, car le sabbat approchait. La tristesse occasionnée par la mort de Jésus n’a pas empêché Joseph d’Arimathée, de respecter la sainteté du sabbat : à l’approche de ce jour, il devait déposer le corps du Seigneur dans le sépulcre, en vue de le préparer pour l’ensevelissement.

Nos affaires ici-bas doivent être ordonnées de façon à ce qu’elles ne puissent pas entraver notre repos hebdomadaire : notre piété doit nous y inciter. Quelle que soit la nature de nos affaires, même si nous y consacrons toute notre énergie, ne manquons jamais d’être prêts à respecter ce jour de repos sacré : le jour du Seigneur !

LUKE 23 : 26 À 56  ***

 

¶ 26 As they led him away, they seized one Simon of Cyrene, coming from the country, and laid on him the cross, to carry it behind Jesus.

27 And there followed him a great multitude of the common people, and of women who bewailed and lamented him.

28 Jesus turned to them and said, Daughters of Jerusalem, do not weep for me; but weep for yourselves and for your children.

29 For behold, the days are coming when they will say: Blessed are the barren, the wombs that never bore and the breasts that never nursed!

30 Then shall they begin to say to the mountains, Fall on us! And to the hills, Cover us!

31 For if they do these things in the green wood, what will happen in the dry?

¶ 32 We drove along two thieves who were to be put to death with Jesus.

33 When they came to the place called Calvary, there they crucified him, and the malefactors, one on the right, the other left.

34 Jesus said, Father, forgive them, for they know not what they do. And they parted his garments, casting lots.

35 And the people stood beholding. The judges scoffed at him, saying, He saved others; let him save himself, if he is the Christ, the chosen of God!

36 The soldiers also mocked him; approaching and offering him vinegar,

37 And saying, If thou be the king of the Jews, save thyself!

38 There was above him the inscription: This is the king of the Jews.

39 One of the criminals hanged railed on him, saying, Art thou the Christ? Save thyself, and save us!

40 But the other rebuked him, saying, Do you not fear God, since you are under the same condemnation?

41 And we indeed justly, for we receive the due reward of our deeds; but he has done nothing wrong.

42 And he said to Jesus, Remember me when you come into your kingdom.

43 Jesus answered him, I tell you the truth, today you will be with me in paradise.

44 ¶ And it was about the sixth hour, and darkness came over the whole land until the ninth hour.

45 The sun was darkened, and the veil of the temple was rent in the midst.

46 Jesus cried with a loud voice: Father, I commend my spirit into your hands. And having said thus, he expired.

47 when the centurion saw what had happened, he glorified God, saying, Certainly this man was innocent.

48 And all the people that came together to that sight, having seen what had happened, returned, beating their breasts.

49 And all his acquaintance, and the women that followed him from Galilee, stood afar off, beholding what was happening.

50 ¶ There was a councilor named Joseph, a good and just man,

51 who had not consented to the counsel and deed of them; he was of Arimathea, a city of the Jews, and he waited for the kingdom of God.

52 This man went to Pilate and asked for Jesus' body.

53 He took it down, wrapped it in linen, and laid it in a tomb hewn in the rock, where no one had yet been laid.

54 It was the day of Preparation, and the Sabbath was about to begin.

55 The women who had come with Jesus from Galilee followed Joseph and saw the tomb and how his body was laid,

56 And they returned, and prepared spices and perfumes. And rested the Sabbath day according to the law.

NOTES JOHN MACARTHUR

 

# 26-31 We find in this text, Jesus, the Lamb of God blessed a lamb "led to the slaughter," the torture of the cross.

Many people were reproached him and mocked him, though some had pity. The death of Christ was in fact a victory and a triumph over his enemies: it was for our salvation and for our attainment of eternal life. So do not mourn Jesus crucified, but "mourn" instead and regret our sins and those of our children, who were responsible for his death; let us repent of our sins, for fear of the calamities that await us if we despise His love and if we refuse His grace.

If God has given His Son, sacrificed for the sin of such suffering, that will He be lost sinners who are only "dry trees" a crooked and perverse generation, totally unnecessary? The cruel sufferings of our Lord Jesus should motivate us to fear God's Justice. The best of men, compared to Christ, are only "dry trees"; if Christ has suffered on the cross, why do not they would suffer in case of refusal of his grace? And what about damnation threatens inveterate sinners?

Even the sufferings of Christ "preach" to the terror hardened transgressors.

# 32-43 When Christ had been nailed to the cross, He prayed for those who crucified him. The sole purpose of His death was to get us by God the forgiveness of our sins. It is for this reason that He prayed.

Jesus was crucified between two thieves; these two characters, by their different reactions addressed to the Lord, showed different spiritual destinies that awaited them, after they had heard the message of the cross, namely the preaching of the Gospel.

One of the two thieves remained obdurate to the end. Some really iniquitous hearts do not want change, even at the height of the event.

The other robber eventually bowing to Christ: he was preserved from eternal fire to become a famous example of greatness of Divine Mercy. This attitude is absolutely not an encouragement for those who want to postpone their repentance until their death bed, while still hoping that they will benefit from this Divine Mercy.

It is certain that it is never too late to repent, but late repentance is unfortunately rarely sincere. No one can really claim to have the time to confess his sins before his death, before God; any man can be sure of not being able to enjoy the same benefits it had repentant thief be next to Jesus!

We will find that the case of this brigand is singular, if we observe the exceptional scope of the Grace of God for it. He blamed his companion, who cursed Christ. He estimated that this last did not deserve the fate that was reserved for him. He was convinced that Jesus suffered from this horrible sentence, when He had committed no wrongdoing.

Observe faith in prayer this man: Christ was at that moment in all the depth of God's displeasure, suffering as an impostor, and abandoned by his Father. The thief confessed his faith before the miracles that took place after the death of Christ would come "honor" His suffering and the centurion is frightened and driven to glorify God. This thief believed in a life in the hereafter, and desired to participate, unlike his companion, who did just that being delivered from the torment of the cross.

Note the humility of prayer that brigand: he has only to ask, "Lord, remember me"; he allowed Jesus to decide how IT would remember him. He thus humiliated in true repentance, and has benefited from all the fruits.

Christ on the cross, despite his sufferings, behaved with a certain majesty, like that He was going to have later on His throne. Although He is in full fight against this dreadful death, suffering terrible agony, He had pity on a poor yet penitent thief. By this act of grace, we must understand that Jesus Christ died to open the kingdom of heaven to all believers, penitent and obedient.

This is a unique example in Scripture; this should teach us never to despair when we invoke Jesus, without relying on its own forces; so that this situation be clear, it is opposite to that of the other thief, who died hardened remaining in disbelief, while the crucified Savior was so close to him!

Alas, in general, men die in the same spirit they have had their lives ...

# 44-49 We have in this text describing the death of Christ, followed by miraculous manifestations; This tragic death was actually apprehended, as evidenced by his words expressed his soul in Gethsemane. Jesus was willing to offer Himself.

Seek to glorify God through repentance and conversion that are truly authentic; let us be truly horrified by those who crucified the Saviour; practice a life sober, virtuous and pious, using our talents to Him who died for us and rose again!

# 50-56 Many people, not seeking to express their faith ostensible way or other, on the contrary, doing so with some noisy arrogance, however, will be as Joseph of Arimathea, willing to make real services their neighbor, when appropriate.

Christ was buried in haste because the Sabbath was approaching. The sadness caused by the death of Jesus did not stop Joseph of Arimathea, to respect the sanctity of the Sabbath, as we approach that day he had to file the Lord's body in the grave, in preparation for the burial.

Our earthly affairs should be ordered so that they can not hinder our weekly rest: our piety we should encourage it. Whatever the nature of our business, even if we spend all our energy, never fail to be ready to respect this sacred day of rest, the day of the Lord!

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/