MARC 10: 1 À 16 ***MARK 10 : 1 À 16 ***

20/01/2015 16:01

MARC 10: 1 À 16 ***

1 ¶  Jésus, étant parti de là, se rendit dans le territoire de la Judée au-delà du Jourdain. La foule s’assembla de nouveau près de lui, et selon sa coutume, il se mit encore à l’enseigner.

2  Les pharisiens l’abordèrent ; et, pour l’éprouver, ils lui demandèrent s’il est permis à un homme de répudier sa femme.

3  Il leur répondit : Que vous a prescrit Moïse ?

4  Moïse, dirent-ils, a permis d’écrire une lettre de divorce et de répudier.

5  Et Jésus leur dit : C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a donné ce précepte.

6  Mais au commencement de la création, Dieu fit l’homme et la femme ;

7  c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme,

8  et les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair.

9  Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.

10  Lorsqu’ils furent dans la maison, les disciples l’interrogèrent encore là-dessus.

11  Il leur dit : Celui qui répudie sa femme et qui en épouse une autre, commet un adultère à son égard ;

12  et si une femme quitte son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère.

13 ¶  On lui amena des petits enfants, afin qu’il les touchât. Mais les disciples reprirent ceux qui les amenaient.

14  Jésus, voyant cela, fut indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.

15  Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point.

16  Puis il les prit dans ses bras, et les bénit, en leur imposant les mains.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

10:1

au-delà du Jourdain. Cette région s’appelait la Pérée. Jésus avait prévu d’aller exercer son ministère là-bas jusqu’à son départ pour Jérusalem, juste avant la semaine de la Passion

10:2

l’abordèrent; et, pour l’éprouver, ils lui demandèrent. Les pharisiens cherchaient à discréditer publiquement le ministère de Jésus. La perte de popularité qui, espéraient-ils, s’ensuivrait, leur permettrait de le démolir plus facilement. En outre, la Pérée était gouvernée par Hérode Antipas, celui-là même qui avait emprisonné Jean-Baptiste en raison de ses opinions sur le divorce et le remariage (#Mr 6:17-18). Les pharisiens espéraient sans aucun doute que Jésus subirait le même sort.

permis …  de répudier. Les pharisiens tentèrent de piéger Jésus grâce à une question épineuse dans le judaïsme du Ier siècle: le divorce. Deux écoles de pensées s’affrontaient. L’une autorisait le divorce pour pratiquement n’importe quelle raison, alors que l’autre l’interdisait formellement, sauf en cas d’adultère. Les pharisiens espéraient sans doute que Jésus prendrait parti, perdant ainsi le soutien de la faction opposée.

10:3

Que vous a prescrit Moïse? Jésus posait ainsi les règles de base appropriées pour la discussion: il ne s’agissait pas d’une question d’interprétation rabbinique, mais de ce qu’enseignent les Écritures sur le sujet.

10:4

a permis. La loi mosaïque (les pharisiens étaient bien obligés de l’admettre) ne recommandait le divorce nulle part. Le passage qu’ils mettaient en avant, #De 24:1-4, reconnaissait la réalité du divorce et cherchait à protéger les droits et la réputation de l’épouse, tout en réglementant le remariage.

lettre de divorce. Dans ce document, le mari devait faire figurer les raisons du divorce, protégeant ainsi la réputation de la femme (qu’elle soit innocente ou coupable). Il servait aussi à la délier de son mariage et affirmait son droit au remariage (dans la mesure où elle ne s’était pas rendue coupable d’immoralité). L’aile libérale des pharisiens avait détourné le sens de #De 24 pour justifier leur opinion que le divorce était « permis » quelle qu’en soit la raison (on citait parmi les causes légitimes le fait que la femme avait cuisiné un mauvais repas ou simplement que le mari venait de découvrir une femme plus désirable), à condition que les documents administratifs soient en règle. Dans cette manière de voir, on montait en épingle un détail, mentionné seulement en passant, pour en faire le point central du passage.

10:5

la dureté de votre cœur. Évoque la poursuite flagrante et obstinée de l’immoralité sexuelle, le divorce étant censé n’être que l’ultime recours devant tant de dureté de cœur. Les pharisiens prenaient à tort une disposition, due à la grâce de Dieu, qui autorisait le divorce (et ce dans certains cas seulement) pour une recommandation en faveur de cette pratique.

10:6

au commencement. Le divorce ne faisait pas partie du plan original de Dieu concernant le mariage, car l’homme et la femme étaient censés rester mariés à vie (#Ge 2:24).

l’homme et la femme. Littéralement « un mâle et une femelle », Adam et Ève. La citation de Marc est tirée de #Ge 1:27 ; #Ge 5:2.

10:7-8 Jésus éleva le débat, en le faisant passer d’une simple querelle rabbinique au sujet des détails techniques du divorce au projet de Dieu concernant le mariage. Le passage cité par Jésus (#Ge 2:24) contient trois raisons pour lesquelles le mariage est inviolable.

1° Dieu a créé seulement deux humains, et non un groupe d’hommes et de femmes; il leur était donc impossible de se mettre avec qui leur semblait bon ou de changer de partenaire selon leur bon plaisir.

2° Le verbe traduit par « s’attacher » signifie littéralement « coller ensemble », ce qui souligne la solidité du lien du mariage.

3° Aux yeux de Dieu, un couple marié devient « une seule chair », dont l’union indivisible est manifestée en la personne de leur enfant.

10:9

ce que Dieu a joint. Jésus ajouta une quatrième raison à l’indissolubilité du mariage : puisque c’est Dieu qui a institué le mariage, il est impossible à l’homme de l’annuler.

10:11-12 Se remarier après un divorce  sauf pour de solides raisons bibliques - revient à commettre l’adultère. Celui des deux qui n’a rien à se reprocher  et dont le conjoint s’est rendu coupable d’adultère prolongé, sans scrupule ni repentance - a le droit de se remarier sans être lui-même considéré comme adultère. Il en va de même pour un croyant dont le conjoint païen a choisi de rompre son mariage

10:13

afin qu’il les touche. C’est-à-dire qu’il leur impose les mains et prie pour eux (#Mt 19: 13). Les parents juifs avaient l’habitude de solliciter les rabbins de renom en faveur de leurs enfants.

10:14

ne les en empêchez pas. Jésus reprocha à ses disciples d’essayer d’empêcher les enfants de l’approcher (v. #Mr 10:13), car il ne leur revenait pas de décider qui aurait accès à lui.

le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. La plupart, sinon tous ces enfants, étaient trop jeunes pour exercer une foi personnelle. Jésus lui-même affirme que Dieu accorde gracieusement le salut à ceux qui, trop jeunes ou mentalement attardés, sont dans l’incapacité de mettre leur foi en action.

10:15

Je vous le dis en vérité. Comme un petit enfant. C’est-à-dire dans une attitude de dépendance humble et pleine de confiance, en reconnaissant n’avoir rien accompli de valable ni d’exceptionnel.

 

MARK 10 : 1 À 16  ***

1 ¶ Then Jesus went thence, and went into the region of Judea beyond the Jordan. The crowd gathered again near him, and as usual, he began again to teach it.

2 And the Pharisees came; and to test him, they asked him, Is it lawful for a man to divorce his wife.

3 He answered them, What did Moses command you?

4 Moses, they said, suffered to write a bill of divorcement, and to put away.

5 And Jesus said unto them, It is because of your hardness of heart Moses wrote you this precept.

6 But from the beginning of creation God made them male and female;

7 For this cause shall a man leave his father and mother and be joined to his wife,

8 and the two will become one flesh. So they are no longer two, but they are one flesh.

9 So let man not separate what God has joined together.

10 And in the house his disciples asked him again about it.

11 He said to them, Whoever divorces his wife and marries another commits adultery against her;

12 and if she divorces her husband and marries another, she commits adultery.

13 ¶ And they brought little children, that he should touch them. But the disciples rebuked those that brought them.

14 Jesus saw this, he was indignant and said: Let me come to the little children, and do not hinder them; for the kingdom of God belongs to such as these.

15 I tell you the truth, anyone who will not receive the kingdom of God like a little child will never enter it.

16 And he took them in his arms, and blessed them, laying hands on them.

NOTES JOHN MACARTHUR

10: 1

beyond the Jordan. This region was called Perea. Jesus had planned to go to minister there until his departure for Jerusalem, just before the Passion Week

10: 2

approached him; and to test him, they asked him. The Pharisees sought to publicly discredit the ministry of Jesus. The loss of popularity which they hoped would follow, would allow them to demolish more easily. Moreover, Perea was ruled by Herod Antipas, the very one who had imprisoned John the Baptist because of his views on divorce and remarriage (#Mr 6: 17-18). The Pharisees were hoping no doubt that Jesus would suffer the same fate.

... allowed to divorce. The Pharisees tried to trap Jesus with a thorny issue in Judaism of the first century: the divorce. Two schools of thought clashed. One allowed divorce for almost any reason, while the other formally prohibited, except in cases of adultery. The Pharisees hoped that Jesus probably would side, losing the support of the opposite faction.

10: 3

What did Moses command you? Jesus thus laid the ground rules appropriate for discussion: it was not a matter of rabbinic interpretation, but what the Scriptures teach on the subject.

10: 4

allowed. The Mosaic law (the Pharisees were obliged to admit it) did not recommend him anywhere divorce. The passage they put forward, # of 24: 1-4, recognized the reality of divorce and sought to protect the rights and reputation of the bride, while regulating remarriage.

of divorce. In it, the husband had to include the reasons for the divorce, protecting the woman's reputation (whether innocent or guilty). It was also used to untie her marriage and affirmed its right to remarriage (to the extent that it had not been guilty of immorality). The liberal wing of the Pharisees had diverted the direction of # of 24 to justify their opinion that divorce was "allowed" for whatever reason (was quoted as legitimate causes that the woman had a bad meal or cooked simply that the husband had discovered a woman more desirable), provided that the paperwork is in order. In this view, we rode a hairpin detail, mentioned only in passing, to make it the focal point of the passage.

10: 5

the hardness of your heart. Evokes the flagrant and persistent pursuit of sexual immorality, divorce is supposed to be only the last resort before so much hardness of heart. The Pharisees wrongly took a provision due to the grace of God, who allowed divorce (and in some cases only) for a recommendation in favor of this practice.

10: 6

in the beginning. Divorce was not part of the original plan of God for marriage, for men and women were supposed to stay married for life (#Ge 2:24).

man and woman. Literally "male and female" Adam and Eve. Marc's quote is from #Ge 1:27; #Ge 5: 2.

10: 7-8 Jesus lifted up the debate by passing a simple rabbinic dispute about the technical details of the divorce in God's plan for marriage. The passage quoted by Jesus (2:24 #Ge) contains three reasons why marriage is inviolable.

1. God created only two humans, not a group of men and women; so it was impossible to get with their good and that seemed to change partners as they please.

2. The verb translated "attach" literally means "stick together", which underlines the strength of the bond of marriage.

3. In God's eyes, a married couple become "one flesh", whose indivisible union is manifested in the person of their child.

10: 9

what God has joined together. Jesus added a fourth reason for the indissolubility of marriage: since it is God who instituted marriage, it is impossible for man to cancel.

10: 11-12 If remarry after divorce except for solid biblical grounds - is to commit adultery. Whichever has done nothing wrong and whose spouse has committed adultery prolonged without scruples or repentance - has the right to remarry without being itself considered adultery. It's the same for a believer whose pagan spouse chose to break his marriage

10:13

so that it touched. That is to say that they lay hands and pray for them (#Mt 19: 13). Jewish parents used to solicit renowned rabbis for their children.

10:14

do not hinder them. Jesus rebuked his disciples to try to prevent children from approaching (v. #Mr 10:13) because it was not theirs to decide who has access to it.

the kingdom of God belongs to such as these. Most, if not all these children were too young to exercise personal faith. Jesus himself affirms that God graciously grants salvation to those who are too young or mentally retarded, are unable to put their faith into action.

10:15

I tell you the truth. As a small child. That is to say, in a humble attitude of dependence and full of confidence, recognizing not have accomplished anything worthwhile or exceptional

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/