Nouvel-An

11/12/2019 12:29

Nouvel-An. Aujourd’hui les savants ne se sont pas encore mis d’accord au sujet de la date et de la nature de la fête du Nouvel-An dans l’histoire d’Israël. Selon #Ex 12:1-2, Dieu avait demandé de considérer le mois d’Abib (mois des épis) appelé plus tard Nisan comme le premier mois de l’année, le Nouvel-An le précédant, en principe, immédiatement. Cependant actuellement, la plupart des spécialistes pensent qu’avant l’exil le calendrier démarrait à l’époque des récoltes, soit au mois de Tishri (= commencement, en akkadien), mois appelé aussi Etanim (#1R 8:2). Au Nouvel-An, les Juifs ne devaient faire aucun ouvrage servile et ils devaient marquer leur joie en poussant « une clameur » à l’Éternel (#No 29:1). Cette fête s’appelait aussi fête des trompettes, car on avait l’habitude de sonner du cor. Au retour de l’exil, les Juifs auraient adopté le système babylonien et auraient placé le Nouvel-An au printemps. Certains pensent que deux calendriers ont été employés en même temps : dans ce cas, le Nouvel-An printanier inaugurerait l’année liturgique et le Nouvel-An automnal ferait débuter l’année civile.

 

      Aujourd’hui, ce jour solennel appelé Rosh ha-Shanah, marquant le début de l’année juive, est le 1er jour du mois de Tishri, à cheval sur les mois de septembre et octobre. Étant basée sur le mois lunaire, la date varie de quelques jours d’une année à l’autre.

 

Copyright Editions Emmaüs

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/