Nuzu (Nuzi)

11/12/2019 12:22

Nuzu (Nuzi). Ville à l’est du Tigre (voir carte), où des milliers de tablettes en cunéiforme akkadien, en principe du milieu du 2e millénaire avant Jésus-Christ (un peu après l’époque d’Abraham), mises au jour entre 1925 et 1931 par Edward Chiera, ont beaucoup éclairé les textes de la Genèse au point de vue social. Voilà une liste de quelques coutumes rapportées dans ces tablettes et qui ont des parallèles dans la Genèse (pour les détails, consulter Abraham et son temps par A. Parrot) :

 

a) L’adoption d’un homme comme héritier quand il n’a pas d’enfant et l’exemple d’Abraham et Éliézer (#Ge 15:2,3).

b) Le droit de prendre une deuxième femme pour que l’épouse légitime ait une progéniture par elle et l’intervention de Sara pour avoir une descendance par Agar (#Ge 16:1-3).

c) La façon dont Sara chassa Agar était, selon les tablettes de Nuzi, « contre la loi ». On comprend donc pourquoi « cette parole déplut fort aux yeux d’Abraham » (#Ge 21:10,11).

d) C’est Laban qui s’occupe le plus du mariage de sa sœur Rébecca en #Ge 24. Texte de Nuzi : « Avec mon consentement, mon frère m’a donné comme femme… »

e) La parole d’un mourant était, à Nuzi, d’une importance extrême  —  une fois prononcée on l’observait rigoureusement. Dans #Ge 27, nous voyons qu’Isaac ne peut plus changer ce qu’il a déjà prononcé comme une bénédiction. Mais, selon #Hé 11:20, Isaac a aussi parlé par la foi (surtout la deuxième fois, dans #Ge 27:37).

f) Tupki-tilla, à Nuzi, vendit son droit d’héritage contre trois moutons : d’où le mépris pour Ésaü qui vend le sien pour …  un plat de lentilles (#Ge 25:27-34 ; #Hé 12:15-17).

g) Une règle de Nuzi précisait que le père donnerait une servante à ses filles qui se marient. Laban observe cette loi pour Léa et Rachel (voir #Ge 29:24,29). Voir aussi Horiens.

 

 

Copyright Editions Emmaüs

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/