Oh ! si je savais où le trouver

19/11/2013 16:28

Oh ! si je savais où le trouver, {#Job 23:3}

Lorsque Job a vraiment atteint la pire des extrémités, il a crié au Seigneur. L’aspiration d’un enfant de Dieu affligé est surtout de voir le visage de son Père. Sa première prière n’est pas « Ô que je puisse être guéri de la maladie qui s’étend maintenant dans chaque partie de mon corps ! » ni même « Ô que je puisse voir mes enfants revenir des profondeurs du tombeau, et mes biens de jadis m’être rendus de la main du pillard ! » mais le premier et le plus important des cris est : « Ô que je sache où je peux le trouver LUI, qui est mon Dieu ! Que je puisse venir jusqu’à son trône ! » Les enfants de Dieu courent vers leur maison quand la tempête arrive sur eux. C’est là l’instinct venu du ciel pour une âme ayant reçu la grâce que de chercher le refuge contre tous ses maux sous les ailes de l’Éternel. « Celui qui a fait sa demeure en Dieu » peut être le titre donné à un véritable croyant. Un hypocrite, lorsqu’il est affligé par Dieu, est contrarié par l’affliction, et, comme un esclave, s’enfuit du Maître qui l’a châtié ; mais il n’en est pas ainsi du véritable héritier du ciel, il embrasse la main qui l’a frappé, et cherche refuge contre le bâton sur la poitrine du Dieu qui a froncé les sourcils à son propos. Le désir de Job de communier avec Dieu était renforcé par l’échec de toutes les autres sources de consolation. Le patriarche s’est détourné de ses amis désolés, et a levé les yeux vers le trône céleste, de même qu’un voyageur se détourne de sa gourde vide, pour se précipiter vers la source. Il fait ses adieux à ses espoirs terrestres, et crie : « Ô que je puisse savoir où peux trouver mon Dieu ! » Rien ne nous apprend autant de choses précieuses sur le Créateur, que lorsque nous découvrons la vanité de tout le reste. Détournons-nous avec un mépris amer des choses de ce monde, où nous ne trouvons pas de miel, mais seulement beaucoup de dards tranchants, nous réjouissant en celui dont la fidèle parole est plus douce que le miel. Dans chaque trouble nous devons chercher en premier lieu à nous rendre compte de la présence de Dieu avec nous. Prenons plaisir à son sourire, et nous pourrons porter notre croix journalière avec un cœur bien disposé à son égard.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/