PHILIPPIENS 2 : 01 À 30 *** + PHILIPPIANS 2 : 01 to 30 + NOTES : JOHN MACARTHUR

06/02/2016 15:01

PHILIPPIENS 2 : 01 À 30 *** +
 

1 ¶  Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s’il y a quelque union d’esprit, s’il y a quelque compassion et quelque miséricorde,

consolation en Christ. « Consolation » peut aussi se traduire par « encouragement » et dérive du mot grec signifiant « accompagner pour aider, conseiller, exhorter ». C’est ce que fait notre Seigneur bien-aimé pour les siens.

soulagement dans l’amour. Le mot grec traduit par « soulagement » donne l’image du Seigneur s’approchant tout près pour chuchoter à l’oreille des croyants des paroles de calme et de réconfort ou de tendres conseils.

communion d’esprit. « Communion » désigne le partenariat, la vie éternelle partagée, que permet le Saint-Esprit qui habite en chacun (#1Co 3:16 ; #1Co 12:13 ; #2Co 13: 14 ; #1Jn 1:3-6).

quelque compassion et quelque miséricorde. Dieu a étendu sa profonde compassion et sa grâce à tous les croyants (cf. #Ro 12:1 ; #2Co 1:3 ; #Col 3:12), et cette réalité devrait produire le fruit de l’unité.

 

2  rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée.

rendez ma joie parfaite. Pourrait aussi se traduire par « complétez ma joie ». La joie de Paul était liée à son souci de l’unité des croyants (cf. #Hé 13: 17).

ayant un même sentiment. Cf. #Ph 3:15-16 ; #Ph 4:2 ; #1Pi 3:8. Signifie en grec « penser la même chose ». Cette exhortation n’a rien de facultatif ou d’obscur, mais revient sans cesse dans le N.T. (cf. #Ro 15: 5 ; #1Co 1:10 ; #2Co 13:11-13).

ayant …  un même amour. Les croyants doivent aimer tous ceux qui appartiennent comme eux au corps de Christ, non parce qu’ils les trouveraient tous aussi aimables les uns que les autres, mais pour imiter l’attitude de service pleine d’amour et prête au sacrifice de soi que Christ a eue envers chacun d’eux (#Jn 15: 13 ; #Ro 12:10 ; #1Jn 3:17 ; cf. #Jn 3:16).

ayant …  une même âme. On pourrait aussi traduire « unis en esprit », et c’est peut-être un terme inventé par Paul. Il décrit ceux qui vivent soudés, dans l’harmonie, parce qu’ils ressentent les mêmes désirs, passions et ambitions.

ayant …  une même pensée. « Concentrés sur le même objectif » serait une autre traduction possible.

 

3  Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.

esprit de parti. Mot grec rendu parfois par « querelles » car il évoque les factions, rivalités et partis pris. Il désigne l’orgueil qui incite les hommes à ourdir des intrigues en faveur de leurs intérêts personnels.

vaine gloire. Pouvant aussi être traduit par « prétention vide », ce mot décrit la poursuite de la gloire personnelle, motif des ambitions égoïstes.

humilité. Littéralement « bassesse d’esprit ». Traduit un mot grec vraisemblablement inventé par Paul et les autres rédacteurs du N.T. C’était un terme de dérision, évoquant la bassesse, l’avilissement, l’humilité (cf. #1Co 15: 9 ; #1Ti 1:15).

regarder les autres comme étant au-dessus. C’est la définition de base de la véritable humilité (cf. #Ro 12:10 ; #Ga 5:13 ; #Ep 5:21 ; #1Pi 5:5).

 

4  Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.

5  Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ,

Christ est l’exemple par excellence de l’humilité altruiste (cf. #Mt 11:29 ; #Jn 13:12-17).

 

6  lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu,

existant en forme de Dieu. Paul affirme que Jésus est Dieu de toute éternité. Il n’emploie pas ici le verbe habituel pour « être », mais un terme qui fait ressortir l’essence de la nature d’une personne, son état ou sa condition permanente. L’apôtre aurait aussi pu choisir un autre mot grec pour « forme », mais il utilise celui qui désigne spécifiquement le caractère essentiel et inaltérable de quelque chose, ce qu’il est intrinsèquement. La doctrine fondamentale de la divinité de Christ a toujours englobé ces caractéristiques essentielles (cf. #Jn 1:1, #Jn 1:3-4, #Jn 1:14 ; #Jn 8:58 ; #Col 1:15-17 ; #Hé 1:3).

point …  une proie à arracher. Le mot grec est ici traduit par « proie » car il signifie à l’origine « chose dont en s’empare en la volant ». Cela finit par signifier tout ce qu’on serrait dans des griffes, qu’on embrassait, tout ce qui avait de la valeur, et est parfois rendu par « saisi » ou « auquel on s’accroche ». Bien que jouissant de tous les droits, privilèges et honneurs dus à la divinité  ce dont il était digne et ne pourrait jamais être déchu - jamais Christ n’a donné l’impression de s’accrocher à tous ses avantages et à sa position; il a au contraire accepté d’y renoncer pour un temps.

égalité avec Dieu. Le mot grec pour « égalité » qualifie ce qui est exactement pareil par la taille, la quantité, la qualité, les caractéristiques et le nombre. Jésus est à tout point de vue l’égal de Dieu, et il n’a cessé de le déclarer tout au long de son ministère terrestre (cf. #Jn 5:18 ; #Jn 10:33, #Jn 10:38 ; #Jn 14: 9 ; #Jn 20: 28 ; #Hé 1:1-3).

2:6-11 Passage christologique classique du N.T. en relation avec l’incarnation. C’était probablement un hymne chanté dans l’Église primitive.

 

7  mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ;

il s’est dépouillé lui-même. Littéralement « il s’est vidé lui-même ». De ce verbe grec vient le terme théologique de « kénose » qui correspond à la doctrine selon laquelle Christ se serait vidé de lui-même lors de l’incarnation. Mais en réalité, il s’agit d’un renoncement à soi-même; Christ ne s’est pas vidé de sa divinité, pas plus qu’il n’a échangé sa divinité contre son humanité. En revanche, il a bien renoncé à ses privilèges, ou les a mis de côté, dans plusieurs domaines:

1° la gloire céleste  pendant son séjour sur la terre, il a abandonné la gloire d’une relation en face-à-face avec Dieu ainsi que la manifestation permanente et visible, tout comme la jouissance personnelle, de cette gloire (cf. #Jn 17: 5);

2° l’indépendance de son autorité  pendant son incarnation Christ s’est totalement soumis à la volonté de son Père;  cf. #Mt 26:39 ; #Jn 5:30 ; #Hé 5:8);

3° ses prérogatives divines  il a renoncé à la démonstration de ses attributs divins et s’est soumis à la direction du Saint-Esprit (cf. #Mt 24: 36 ; #Jn 1:45-49);

4° les richesses éternelles  sur terre, Christ a vécu dans la pauvreté, ne possédant pratiquement rien (cf. #2Co 8:9);

5° une relation avec Dieu où il jouissait de sa faveur  à la croix, il a porté la colère divine du Père envers le péché (cf. #Mt 27:46 ).

forme de serviteur. De nouveau, Paul utilise un mot grec qui indique l’essence. En authentique serviteur, Jésus a accompli dans un esprit de soumission la volonté de son Père (cf. #Esa 52:13-14).

semblable aux hommes. Christ n’a pas seulement été Dieu dans un corps d’homme: il a adopté tous les attributs essentiels de l’humanité (#Lu 2:52 ; #Ga 4:4 ; #Col 1:21), à tel point qu’il a expérimenté les besoins humains de base et toutes nos faiblesses (cf. #Hé 2:14, #Hé 2:17 ; #Hé 4:15). Il est devenu le Dieu-homme: totalement Dieu et totalement homme.

il a paru comme un vrai homme. Ce n’est pas la simple répétition de l’expression précédente, mais le passage d’une perspective céleste à un point de vue humain: l’humanité de Jésus est maintenant décrite d’après ce qu’en voyaient ceux qui le côtoyaient. Paul suggère donc que, même s’il avait l’apparence d’un simple homme, Christ était bien plus que ce que la plupart des gens reconnaissaient naturellement en lui (cf. #Jn 6:42 ; #Jn 8:48).

 

8  (2-7) et ayant paru comme un simple homme, (2-8) il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.

il s’est humilié lui-même. Après l’humiliation de l’incarnation, Jésus s’est encore humilié en ne revendiquant pas ses droits humains fondamentaux mais en se soumettant aux persécutions et aux souffrances que lui firent subir les incroyants (cf. #Esa 53:7 ; #Mt 26:62-64 ; #Mr 14:60-61 ; #1Pi 2:23).

obéissant jusqu’à la mort. Non seulement Jésus a accepté la persécution, mais il a atteint le point le plus bas possible de l’humiliation en mourant comme un criminel, conformément au plan de Dieu pour lui (cf. #Mt 26:39 ; #Ac 2:23).

la croix. Il a connu la pire des humiliations en mourant non pas de façon ordinaire mais par la crucifixion, la forme de mort la plus cruelle, la plus horrible et la plus dégradante jamais conçue par l’homme. Ce genre d’exécution était abominable aux yeux des Juifs (#De 21: 23 ).

 

9  C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,

C’est pourquoi aussi Dieu. L’humiliation de Christ (versets #Ph 2:5-8) et son exaltation par Dieu (versets  #Ph 2:9-11) sont liées de façon indéfectible et par une relation de cause à effet.

l’a souverainement élevé. L’exaltation de Christ était quadruple: les premières prédications des apôtres affirment sa résurrection et son couronnement (il est assis à la droite de Dieu), ainsi que son rôle d’intercesseur en faveur des croyants (#Ac 2:32-33 ; #Ac 5:30-31 ; cf. #Ep 1:20-21 ; #Hé 4:15 ; #Hé 7:25-26); l’élément final de son exaltation, son ascension, est mentionné en #Hé 4:14. Cette exaltation ne concernait en rien la nature de Christ ni sa place au sein de la Trinité (qu’il possède de toute éternité), mais définissait sa nouvelle identité de Dieu-homme (cf. #Jn 5:22 ; #Ro 1:4 ; #Ro 14: 9 ; #1Co 15:24-25). Outre le fait que sa gloire lui a été rendue (#Jn 17: 5), le nouveau statut de Christ en tant que Dieu-homme implique qu’il a reçu de la part de Dieu de nouveaux privilèges, qu’il ne possédait pas avant son incarnation. S’il n’avait pas vécu parmi les hommes, il n’aurait pas pu s’identifier à eux pour devenir le souverain sacrificateur intercédant pour eux. Sans sa mort sur la croix, il n’aurait pas pu être élevé de cette position extrêmement basse pour retourner au ciel en tant que substitut pour le péché.

le nom qui est au-dessus de tout nom. Christ a reçu un nouveau nom: « Seigneur », qui décrit quelle est par essence sa nature et le place au-dessus et au-delà de toute comparaison. Dans le N.T., ce nom est synonyme des termes de l’A.T. qui décrivent Dieu comme le souverain dirigeant. Aussi bien avant son exaltation (#Esa 45:21-23 ; #Mr 15: 2 ; #Lu 2:11 ; #Jn 13: 13 ; #Jn 18: 37 ; #Jn 20: 28) qu’après (#Ac 2:36 ; #Ac 10:36 ; #Ro 14:9-11 ; #1Co 8:6 ; #1Co 15: 57 ; #Ap 17: 14 ; #Ap 19: 16), l’Écriture affirme que, en tant que Dieu-homme, Jésus avait pleinement droit à ce titre.

 

10  afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,

au nom de Jésus. « Jésus » est le nom qu’il reçut à sa naissance (#Mt 1:21), pas son nouveau nom. Le nom qu’a reçu Jésus et qui a pris pleinement son sens après son exaltation est celui de « Seigneur ».

2:10-11

fléchisse …  confesse. Tout ce qui, dans l’univers, est doué d’intelligence est invité à louer Jésus-Christ comme Seigneur (cf. #Ps 2). Ce mandat s’applique aux anges dans le ciel (#Ap 7:11-12), à l’esprit des rachetés (#Ap 7:9-10), aux croyants obéissants sur la terre (#Ro 10:9), aux rebelles insoumis sur la terre (#2Th 1:7-9), aux démons et à l’ensemble des perdus en enfer (#1Pi 3:18-22). Le mot grec traduit par « confesser » signifie « reconnaître », « affirmer », « être d’accord avec », et c’est ce que tout le monde fera finalement devant la seigneurie de Christ, soit volontairement et dans la bénédiction, soit de mauvaise grâce et dans la douleur.

 

11  et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Seigneur « Seigneur » implique d’abord le droit de régner et évoque, dans le N.T., la maîtrise ou la propriété de biens et de personnes. Appliqué à Jésus, le terme renvoie évidemment à sa divinité, mais surtout à son autorité souveraine.

à la gloire de Dieu le Père. C’est le but suprême de l’exaltation de Christ (cf. #Mt 17: 5 ; #Jn 5:23 ; #Jn 13:31-32 ; #1Co 15: 28).

 

12 ¶  Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ;

obéi. Il s’agit de la fidélité de leur réponse aux commandements divins que Paul leur avait enseignés (cf. #Ro 1:5 ; #Ro 15: 18 ; #2Co 10:5-6).

mettez en œuvre votre salut. Le mot grec traduit par « mettre en œuvre » signifie « œuvrer continuellement à l’accomplissement et à l’achèvement de quelque chose ». Cela ne désigne en aucune manière le salut par les œuvres (cf. #Ro 3:21-24 ; #Ep 2:8-9), mais rappelle, en revanche, la responsabilité qu’a le croyant de poursuivre activement sa sanctification dans l’obéissance ;  cf. #1Co 9:24-27 ; #1Co 15: 58 ; #2Co 7:1 ; #Ga 6:7-9 ; #Ep 4:1 ; #Col 3:1-17 ; #Hé 6:10-11 ; #Hé 12:1-2 ; #2P 1:5-11).

avec crainte et tremblement. Attitude que doivent adopter les chrétiens dans leur poursuite de la sanctification. Il s’agit d’éprouver une saine crainte d’offenser Dieu, et de lui vouer un légitime respect, empreint de déférence et de crainte (cf. #Pr 1:7 ; #Pr 9:10 ; #Esa 66:1-2).

 

13  car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir.

Dieu qui produit en vous. Malgré la responsabilité qui incombe au croyant de se mettre au travail (verset #Ph 2:12), c’est en réalité le Seigneur qui produit les bonnes œuvres et le fruit spirituel dans sa vie (#Jn 15: 5 ; #1Co 12:6). C’est possible du fait que c’est lui qui travaille en nous au moyen du Saint-Esprit qui habite en nous (#Ac 1:8 ; #1Co 3:16-17 ; #1Co 6:19-20 ; cf. #Ga 3:3).

le vouloir et le faire. Dieu stimule aussi bien les désirs que les actes des croyants. Le mot grec pour « vouloir » indique que Dieu n’a que faire de simples ambitions ou d’émotions capricieuses, mais qu’il s’attache avec soin à réaliser un objectif bien précis. La puissance de Dieu rend son Église disposée à vivre une vie de sainteté (cf. #Ps 110:3).

son bon plaisir. Dieu demande aux chrétiens de faire ce qui le satisfait, lui. Cf. #Ep 1:5, #Ep 1:9 ; #2Th 1:11.

 

14 ¶  Faites toutes choses sans murmures ni hésitations,

sans murmures ni hésitations. La manière de prononcer le mot grec traduit par « murmures » correspond bien à sa signification, car elle donne une sorte de grommellement, de marmonnement sur un ton grave. C’est le rejet irraisonné de la providence et de la volonté divines, des circonstances qu’il prépare pour notre vie. « Hésitations » est un mot plus intellectuel qui signifie ici « remettre en cause » ou « critiquer » Dieu de façon négative.

 

15  afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde,

afin que vous soyez. On passe maintenant aux raisons pour lesquelles les croyants se doivent d’adopter une attitude juste dans leur poursuite de la sainteté. On pourrait aussi traduire « soyez » par « deveniez », ce qui évoque un processus: les chrétiens ont à grandir pour atteindre quelque chose qu’ils ne possèdent pas encore pleinement en tant qu’enfants de Dieu (cf. #Ep 5:1 ; #Tit 2:1).

irréprochables et purs. « Irréprochables » désigne une vie qui ne prête pas le flanc à la critique pour cause de péché ou d’actions mauvaises. « Purs » peut aussi se traduire par « innocents »: une vie pure, sans compromis, libre de tout péché, comme on le dirait d’un métal pur par opposition à un alliage (cf. #Mt 10:16 ; #Ro 16: 19 ; #2Co 11:3 ; #Ep 5:27).

irréprochables. Ou « au-dessus de tout reproche ». Dans l’A.T. grec, ce mot désigne plusieurs fois les qualités requises pour les sacrifices offerts à Dieu: sans tache et sans défaut (cf. #No 6:14 ; #No 19: 2 ; #2P 3:14).

une génération perverse et corrompue. Voir #De 32:5. « Perverse » est le mot dont dérive le français « scoliose » (courbure excessive de la colonne vertébrale). Il désigne ce qui a dévié de la norme, tous ceux qui ont quitté le chemin de Dieu (cf. #Pr 2:15 ; #Esa 53:6). « Corrompue » donne encore plus de force à ce sens: le terme désigne celui qui a dévié si gravement du bon chemin qu’il en est sévèrement altéré (cf. #Lu 9:41). Paul applique ce trait au système du monde pécheur.

brillez comme des flambeaux. Allusion métaphorique au caractère spirituel. « Brillez » peut se traduire plus exactement par « vous devez briller »: les croyants doivent afficher la couleur au sein des ténèbres de leur société, comme le soleil, la lune et les étoiles brillent au milieu d’un ciel d’encre.

 

16  portant la parole de vie ; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n’avoir pas couru en vain ni travaillé en vain.

portant. Une traduction légèrement différente «  présentant » - rend mieux le verbe grec, qui décrit les croyants en train de tendre ou d’offrir quelque chose que les autres doivent prendre.

la parole de vie. L’Évangile qui, si l’on y croit, produit la vie spirituelle et éternelle (cf. #Ep 2:1).

pas couru …  ni travaillé en vain. En faisant le bilan de son ministère, Paul désirait pouvoir se rendre compte que tous ses efforts avaient été fructueux (cf. #1Co 9:27 ; #1Th 5:12 ; #2Ti 4:7 ; #Hé 13: 17 ; #3Jn 4).

 

17  Et même si je sers de libation pour le sacrifice et pour le service de votre foi, je m’en réjouis, et je me réjouis avec vous tous.

sers de libation. Le verbe grec signifie « être offert comme libation ou offrande de boisson ». Certains l’associent au futur martyre de Paul, mais le verbe est au présent, ce qui donne à penser qu’il faisait allusion à son ministère coûteux parmi les Philippiens. La « libation » était la phase finale d’un ancien sacrifice d’animaux. Celui qui offrait le sacrifice versait du vin devant ou sur l’animal en flammes, et le vin s’évaporait. La vapeur ainsi produite symbolisait la montée de l’offrande vers la divinité à laquelle elle était destinée (cf. #Ex 29:38-41 ; #2R 16: 13 ; #Jér 7:18 ; #Os 9:4). Paul considérait que toute sa vie était une libation, déversée en l’occurrence sur le service auprès des Philippiens.

service de votre foi. « Service » provient d’un mot en rapport avec le service sacré du sacrificateur (cf. #Ro 12:1 ; #1Co 9:13) et était utilisé dans ce sens dans l’A.T. grec L’apôtre considérait les Philippiens comme des sacrificateurs qui offraient leur vie en sacrifice en se mettant fidèlement au service de Dieu (cf. #1Pi 2:9).

2:17-18

je m’en réjouis, et je me réjouis avec vous tous. Cette attitude de joie partagée devrait accompagner tout service accompli par les chrétiens, même s’il est accompli au prix d’un sacrifice ;  cf. #2Co 7:4 ; #Col 1:24 ; #1Th 3:9).

 

18  Vous aussi, réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi.

19  J’espère dans le Seigneur Jésus vous envoyer bientôt Timothée, afin d’être encouragé moi-même en apprenant ce qui vous concerne.

2:19-23 Paul s’ouvre aux Philippiens de son projet de leur envoyer Timothée pour qu’il leur serve d’exemple de serviteur spirituel.

 

20  Car je n’ai personne ici qui partage mes sentiments, pour prendre sincèrement à cœur votre situation ;

je n’ai personne ici qui partage mes sentiments. Littéralement « de même âme ». Timothée faisait un avec Paul en pensée, en sentiment, en esprit, par l’amour qu’il portait lui aussi à l’Église. Sa qualité de protégé de l’apôtre faisait de lui un être exceptionnel ;  cf. #1Ti 1:2 ; #2Ti 1:2). Paul ne disposait de personne d’autre que Timothée car, malheureusement, « tous » les autres avaient à cœur leurs intérêts personnels plutôt que ceux de Christ.

 

21  tous, en effet, cherchent leurs propres intérêts, et non ceux de Jésus-Christ.

22  Vous savez qu’il a été mis à l’épreuve, en se consacrant au service de l’Évangile avec moi, comme un enfant avec son père.

23  J’espère donc vous l’envoyer dès que j’apercevrai l’issue de l’état où je suis ;

2:23-24 Finalement, Paul a été libéré de prison (cf. #Ac 28:30), après quoi il est peut-être allé rendre visite à l’Église de Philippes.

 

24  et j’ai cette confiance dans le Seigneur que moi-même aussi j’irai bientôt.

dans le Seigneur. Paul savait que ses projets étaient soumis à la volonté de Dieu (cf. #Ja 4:13-17).

 

25  J’ai estimé nécessaire de vous envoyer mon frère Epaphrodite, mon compagnon d’œuvre et de combat, par qui vous m’avez fait parvenir de quoi pourvoir à mes besoins.

Epaphrodite. Paul désirait envoyer Timothée (v. #Ph 2:23) et venir aussi lui-même (verset #Ph 2:24), mais il fut obligé d’envoyer ce frère, natif de Philippes, dont on sait très peu de choses en dehors de ce passage. C’était un nom courant en grec, dérivé d’un mot familier qui, au départ, signifiait « favori d’Aphrodite » (déesse grecque de l’amour). Puis il en vint à signifier « aimable » ou « aimant ». Epaphrodite fut envoyé vers Paul muni de cadeaux (#Ph 4:18), et il était prévu qu’il reste avec lui pour le servir du mieux qu’il pourrait (verset #Ph 2:30).

par qui …  besoins. Littéralement « votre apôtre et serviteur de mon besoin ». Epaphrodite n’était pas un apôtre de Christ, mais un apôtre-littéralement « envoyé » - au sens plus large: celui d’apôtre de l’Église de Philippes envoyé vers Paul, porteur de leur don volontaire en argent;  cf. #2Co 8:23). Il était indispensable que Paul leur explique la raison de son renvoi à Philippes avec cette lettre, car ils risquaient de penser qu’il n’avait pas accompli son mandat de façon satisfaisante.

2:25-30 Passage très attachant au sujet de l’amour et de l’unité parmi les croyants. Toutes les personnes concernées manifestaient une affection pleine d’altruisme les unes envers les autres.

 

26  Car il désirait vous voir tous, et il était fort en peine de ce que vous aviez appris sa maladie.

fort en peine. Le terme grec décrit un état de confusion chaotique et de forte agitation consécutif à une période de bouleversements ou à un grand traumatisme. Epaphrodite se faisait plus de souci à propos de l’inquiétude qu’il pourrait susciter chez les Philippiens qu’au sujet de sa propre situation, pourtant délicate.

 

27  Il a été malade, en effet, et tout près de la mort ; mais Dieu a eu pitié de lui, et non seulement de lui, mais aussi de moi, afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse.

malade …  tout près de la mort. Peut-être, était-il tombé gravement malade lors de son arrivée à Rome, mais il était désormais suffisamment rétabli pour revenir travailler dans l’Église de sa ville, qui avait plus que Paul besoin de lui.

 

28  Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement, afin que vous vous réjouissiez de le revoir, et que je sois moi-même moins triste.

triste. Traduit plus exactement par « soucieux » ou « anxieux ». Paul se sentait responsable de tous les membres des Églises (cf. #2Co 11:2), et il était ennuyé de ce que les Philippiens s’inquiètent au sujet d’Epaphrodite.

 

29  Recevez-le donc dans le Seigneur avec une joie entière, et honorez de tels hommes.

honorez. Des hommes tels que lui sont dignes d’estime.

 

30  Car c’est pour l’œuvre de Christ qu’il a été près de la mort, ayant exposé sa vie afin de suppléer à votre absence dans le service que vous me rendiez.

près de la mort. Allusion à ce qui a déjà été mentionné comme maladie aux versets  #Ph 2:26-27.

 

PHILIPPIANS 2 : 01 to 30 + NOTES : JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ If therefore there is any consolation in Christ, if any comfort of love, if any fellowship of the Spirit, if any tenderness and compassion,

consolation in Christ. "Consolation" can also be translated as "encouragement" and derives from the Greek word for "support to help, advise, exhort." This is what our beloved Lord for his.

relief in love. The Greek word translated "relief" gives the image of the Lord approaching close to whisper in the ear of the faithful words of calm and reassurance or tender advice.

communion of mind. "Communion" means partnership, shared life eternal, that allows the Holy Spirit who dwells within each (# 1 Cor 3:16; 1 Corinthians 12:13 #; # 2 Cor 13: 14; # 1 Jn 1: 3-6).

any affection and sympathy. God has extended his deep compassion and grace to all believers (cf. #Ro 12: 1; # 2 Corinthians 1: 3; #Col 3:12), and this reality should produce the fruit of unity.

 

2 complete my joy by having one mind, one love, one heart, one mind.

my joy. Could also be translated as "complete my joy." Paul's joy was related to his concern for the unity of believers (cf. Heb # 13: 17).

having the same feeling. #Ph Cf. 3: 15-16; #Ph 4: 2; # 1 Peter 3: 8. In Greek means "thinking the same thing." This exhortation is nothing optional or obscure, but keeps coming in N.T. (cf. #Ro 15: 5; 1 Cor 1:10 #; # 2 Cor 13: 11-13).

... having the same love. Believers are to love all who belong to them as the body of Christ, not because they also find all the kind as each other, but to imitate the attitude of loving service and willing to self-sacrifice that Christ had towards all of them (#Jn 15: 13; #Ro 12:10; 1 John 3:17 #; #Jn cf. 3:16).

... having a soul. It may also reflect "united in spirit," and this is perhaps a term coined by Paul. He describes those who are welded, in harmony, because they feel the same desires, passions and ambitions.

... having the same thought. "Concentrate on the same goal" would be another possible translation.

 

3 Do nothing from selfishness or conceit, but in humility consider others being above yourself.

partisanship. Greek word rendered sometimes by "quarrels" because it evokes the factions, rivalries and biases. It means pride that encourages men to weave intrigues in favor of their personal interests.

vainglory. Can also be translated as "empty claim", this word describes the pursuit of personal glory, pattern selfish ambitions.

humility. Literally "lowliness of mind." Translates a Greek word probably invented by Paul and the other writers of N.T. It was a term of derision, suggesting meanness, debasement and humility (see # 1 Corinthians 15: 9; # 1 Tim 1:15).

consider others being above. This is the basic definition of true humility (cf. #Ro 12:10; #Ga 5:13; #EP 5:21; # 1 Peter 5: 5).

 

4 Let each of you, instead of his own things, but also to the other.

5 mind be in you which was also in Christ Jesus,

Christ is the perfect example of selfless humility (cf. #Mt 11:29; #Jn 13: 12-17).

 

6 Who, being in very nature God, thought it not robbery to be equal with God,

being in very nature God. Paul says that Jesus was God from all eternity. Here he does not use the usual verb for "to be", but a term that brings out the essence of a person's nature, status or permanent condition. The apostle also would have chosen a different Greek word for "form", but uses the one that refers specifically to the essential and unchanging character of something, it is intrinsically. The fundamental doctrine of the divinity of Christ has always included these essential characteristics (see #Jn 1: 1, #Jn 1: 3-4, 1:14 #Jn; #Jn 8:58; #Col 1: 15-17 ; # Heb 1: 3).

Point ... robbery to. The Greek word here translated "prey" because it originally means "thing in grabs in the wheel." This comes to mean everything we squeezed into claws, which embraced all that was valuable, and is sometimes rendered as "before" or "to which we cling." While enjoying all the rights, privileges and honors of divinity that he was worthy and could never be ousted - Christ has never given the impression of clinging to all its advantages and its position; it has instead agreed to renounce for a time.

equality with God. The Greek word for "equality" describes what is exactly the same in size, quantity, quality, characteristics and number. Jesus is in every way equal to God, and he kept the state throughout his earthly ministry (cf. #Jn 5:18; 10:33 #Jn, #Jn 10:38; #Jn 14: 9; #Jn 20: 28; # Heb 1: 1-3).

2: 6-11 classic Christological Passage of N.T. in connection with the incarnation. It was probably a hymn sung in the early Church.

 

7 but emptied himself, taking the form of a servant, being made in human likeness;

he stripped himself. Literally "he emptied himself". This Greek verb is the theological term "kenosis" which is the doctrine that Christ would lose himself in the incarnation. But in reality, it is a renunciation of self; Christ has not lost its divinity, nor did he exchanged his divinity against humanity. However, it has waived its privileges, or put them aside in several areas:

1 heavenly glory during his stay on earth, he gave up the glory of a relationship face-to-face with God as well as permanent and visible manifestation, as the personal enjoyment of that glory (see # Jn 17: 5);

2. the independence of his authority during his incarnation Christ was totally subject to the will of his Father; cf. #Mt 26:39; #Jn 5:30; Hey # 5: 8);

3 His divine prerogatives he gave up the demonstration of His divine attributes and is subject to the guidance of the Holy Spirit (cf. #Mt 24: 36; #Jn 1: 45-49);

4. eternal riches on earth, Christ lived in poverty, with almost nothing (see # 2 Cor 8: 9);

5 ° a relationship with God where he enjoyed his favor to the cross, he bore the wrath of God the Father for sin (cf. #Mt 27:46).

form of a servant. Again, Paul uses a Greek word that indicates gasoline. In authentic servant, Jesus accomplished in a spirit of submission to his Father's will (cf. #Esa 52: 13-14).

like men. Christ was not only God in a human body: it has adopted all the essential attributes of humanity (2:52 #Lu; #Ga 4: 4; #Col 1:21), so much so that he has experienced human basic needs and all our weaknesses (cf. Heb 2:14 #, # Heb 2:17; Heb 4:15 #). He became the God-man, fully God and fully man.

it seemed like a real man. It is not the mere repetition of the previous expression, but the transition from a heavenly perspective to a human point of view: the humanity of Jesus is now described by what saw in those around him. Paul suggests that, although it had the appearance of a man, Christ was more than what most people naturally recognized in him (cf. #Jn 6:42; #Jn 8:48).

 

8 (2-7) and having in appearance as a man, (2-8) he humbled himself and became obedient unto death, even the death of the cross.

He humbled himself. After the humiliation of the incarnation, Jesus is still humiliated by not claiming their fundamental human rights but by submitting to persecution and suffering that made him suffer the unbelievers (cf. #Esa 53: 7; 26 #Mt : 62-64; #Mr 14: 60-61; 1 Peter 2:23 #).

obedient unto death. Jesus not only accepted the persecution, but it reached the lowest point of humiliation by dying as a criminal, according to God's plan for him (cf. #Mt 26:39; #AC 2:23) .

the cross. He experienced the worst humiliation by dying not in the ordinary way but by crucifixion, the cruelest form of death, the most horrible and degrading ever conceived by man. This kind of execution was abominable in the eyes of Jews (# of 21: 23).

 

9 Therefore God also has highly exalted Him and given Him the name which is above every name,

Wherefore God. The humiliation of Christ (verses #Ph 2: 5-8) and exaltation by God (verses #Ph 2: 9-11) linked indefeasibly and a relationship of cause and effect.

has highly exalted. The exaltation of Christ was fourfold: the first preaching of the apostles affirm his resurrection and coronation (he sits at the right hand of God) and his role as intercessor in favor of believers (#AC 2: 32-33; #AC 5: 30-31; cf. #EP 1: 20-21; Heb 4:15 #; # Heb 7: 25-26); the final element of his exaltation, ascension, is mentioned in # Heb 4:14. The excitement did not concern the nature of Christ or his place in the Trinity (he has from all eternity), but defined a new identity God-man (cf. #Jn 5:22; #Ro 1: 4; #Ro 14: 9; # 1 Cor 15: 24-25). Besides the fact that his fame was made to him (#Jn 17: 5), the new status of Christ as God-man implies that he has received from God new privileges, he did not have before his incarnation. If he had not lived among men, he could not identify with them to become the high priest interceding for them. Without his death on the cross, he would not have been high that extremely low position into heaven as a substitute for sin.

the name that is above every name. Christ received a new name: "Lord", which describes what is in essence its nature and the place above and beyond any comparison. In N.T., the name is synonymous with the terms of the A.T. describing God as the sovereign ruler. Both before his exaltation (#Esa 45: 21-23; #Mr 15: 2; 2:11 #Lu; #Jn 13: 13; #Jn 18: 37; #Jn 20: 28) after (#AC 2:36; 10:36 #AC; #Ro 14: 9-11; 1 Corinthians 8 # 6; # 1 Cor 15: 57; #Ap 17: 14; #Ap 19: 16), Scripture says, in as the God-man, Jesus was fully entitled to that title.

 

10 that at the name of Jesus every knee should bow, in heaven and on earth and under the earth,

in the name of Jesus. "Jesus" is the name he was given at birth (#Mt 1:21), not the new name. The name has received Jesus and took its full meaning after his exaltation is the "Lord."

2: 10-11

bow ... confess. Everything in the universe is endowed with intelligence is invited to worship Jesus Christ as Lord (cf. #PS 2). This mandate applies to angels in heaven (#Ap 7: 11-12), to the spirit of the redeemed (#Ap 7: 9-10), the obedient believers on earth (#Ro 10: 9) the rebellious rebels on earth (# 2 Thessalonians 1: 7-9), demons and all lost in hell (# 1 Peter 3: 18-22). The Greek word translated "confess" means "secure", "affirm", "agree with", and that is what everyone will eventually make to the lordship of Christ, voluntarily and in blessing or grudgingly and in pain.

 

11 and every tongue confess that Jesus Christ is Lord, to the glory of God the Father.

Lord "Lord" involves first the right to rule and evokes in N.T., control or ownership of goods and people. Applied to Jesus, the term obviously refers to his divinity, but especially to its sovereign authority.

to the glory of God the Father. This is the supreme goal of the exaltation of Christ (cf. #Mt 17: 5; 5:23 #Jn; #Jn 13: 31-32; 1 Cor # 15: 28).

 

12 ¶ Therefore, my beloved, as ye have always obeyed, work out your salvation with fear and trembling, not only in my presence, but now much more in my absence;

obeyed. This is their faithful response to God's commandments that Paul had taught them (see #Ro 1: 5; #Ro 15: 18; # 2 Cor 10: 5-6).

Work out your salvation. The Greek word translated "implement" means "continually work towards the fulfillment and completion of something." This does in no way mean salvation by works (cf. #Ro 3: 21-24; #EP 2: 8-9), but remember, however, the responsibility of the believer to actively pursue sanctification in obedience; cf. # 1 Corinthians 9: 24-27; # 1 Cor 15: 58; # 2 Corinthians 7: 1; #Ga 6: 7-9; #EP 4: 1; #Col 3: 1-17; Hey # 6: 10-11; # Heb 12: 1-2; # 2P 1: 5-11).

with fear and trembling. Attitude to be adopted by Christians in their pursuit of sanctification. It is experiencing a healthy fear of offending God and to dedicate it a legitimate respect, deferential and fear (cf. #Pr 1: 7; 9:10 #Pr; #Esa 66: 1- 2).

 

13 For it is God who works in you to will and to do of his good pleasure.

God who works in you. Despite the responsibility of the believer to get to work (verse #Ph 2:12), this is actually the Lord produces good works and spiritual fruit in his life (#Jn 15: 5; 1 Cor # 12 : 6). This is possible because it is he who works in us through the Holy Spirit who dwells in us (#AC 1: 8; # 1 Corinthians 3: 16-17; 1 Cor # 6: 19-20; cf. #Ga 3: 3).

the will and to do. God desires stimulates both the acts of believers. The Greek word for "will" indicates that God has no use for simple ambitions or capricious emotions, but he strives carefully to achieve a specific goal. The power of God makes His church willing to live a life of holiness (cf. #PS 110: 3).

His good pleasure. God asks Christians to do what pleases him. Cf. #EP 1: 5, #EP 1: 9; # 2 Thessalonians 1:11.

 

14 ¶ Do all things without murmurings,

without murmurings. How to pronounce the Greek word translated "murmurs" corresponds to its meaning, because it gives a kind of grumbling, mumbling to grimly. It is the irrational rejection of providence and divine will, the circumstances he prepares for our lives. "Hesitation" is a more intellectual word which here means "challenge" or "criticize" God negatively.

 

15 That ye may be blameless and harmless, children of God without fault in a crooked and perverse generation, among whom you shine as lights in the world,

so that you are. We now move to why believers need to adopt the right attitude in their pursuit of holiness. One could also translate "be" with "become", suggesting a process: Christians have to grow to something they do not fully possess as children of God (cf. #EP 5: 1 ; #Tit 2: 1).

blameless and pure. "Beyond reproach" means a life that is not itself open to criticism because of sin or wrongdoing. "Pure" can also be translated as "innocent": a pure life, without compromise, free from sin, as one would say of a pure metal alloy as opposed to a (cf. #Mt 10:16; 16 #Ro : 19; # 2 Corinthians 11: 3; #EP 5:27).

irreproachable. Or "above reproach." In A.T. Greek, this word refers several times qualified for the sacrifices offered to God without spot or fault (see #No 6:14; #No 19: 2; # 2P 3:14).

a crooked and perverse generation. See # of 32: 5. "Perverse" is the word which derives the French "scoliosis" (excessive curvature of the spine). It means that deviated from the norm, all those who have left the path of God (cf. 2:15 #Pr; #Esa 53: 6). "Corrupted" gives even more force to the sense: the term means one who has strayed from the right path so severely that he is severely impaired (see #Lu 9:41). Paul applies this sinful world related to the system.

shine as lights. Metaphorical allusion to the spiritual nature. "Shine" can be translated more accurately as "you shine": believers must display the color in the darkness of their society, like the sun, the moon and the stars shine in the midst of an inky sky.

 

16 Holding forth the word of life; and I may rejoice in the day of Christ, that I have not run in vain or labored in vain.

range. A slightly different translation "introducing" - makes the best Greek verb that describes the believers in the process of tender or offer something that others must take.

the word of life. The Gospel that if one believes in it, produces the spiritual and eternal life (cf. #EP 2: 1).

... not run or labor in vain. Taking stock of his ministry, Paul wanted to be able to realize that all his efforts had been fruitful (cf. 1 Cor 9:27 #; # 1 Thessalonians 5:12; # 2Ti 4: 7; Heb 13 # 17; # 3Jn 4).

 

17 And even if I am offered upon the sacrifice and service of your faith, I rejoice, and I rejoice with you all.

being poured. The Greek verb means "to be offered as a libation or drink offering." Some associate the future martyrdom of Paul, but the verb is in the present, which suggests he was referring to his costly ministry to the Philippians. The "libation" was the final stage of an ancient animal sacrifice. One who sacrificed poured wine before or animals in flames, and the wine is evaporated. The steam produced symbolized the rise of the offering to the deity to whom it was intended (see #Ex 29: 38-41; # 2R 16: 13; # Jer 7:18; #Os 9: 4). Paul felt that his whole life was a libation poured in this case on the service to the Philippians.

of your faith. "Service" comes from a word related to the sacred service of the priest (cf. #Ro 12: 1; 1 Corinthians 9:13 #) and was used in this sense in the A.T. Greek Philippians the apostle considered them as the priests who offered their lives in sacrifice by putting himself faithfully in the service of God (cf. 1 Pet # 2: 9).

2: 17-18

I rejoice, and I rejoice with you all. This shared attitude of joy should accompany any service performed by Christians, even if it is done at the cost of sacrifice; cf. # 2 Corinthians 7: 4; #Col 1:24; # 1 Thessalonians 3: 9).

 

18 You also rejoice the same, and rejoice with me.

19 I hope in the Lord Jesus to send Timothy to you soon, in order to be promoted myself by learning what concerns you.

2: 19-23 Paul to the Philippians opens its draft send Timothy to serve as an example of their spiritual servant.

 

20 For I have no man who shares my feelings, to sincerely take to heart your situation;

I have no man who shares my feelings. Literally "same soul." Timothy was one with Paul in thought, feeling, in spirit, for his love also to the Church. His quality of protection of the Apostle made him an exceptional person; cf. # 1Ti 1: 2; # 2Ti 1: 2). Paul had not anyone else that Timothy because, unfortunately, "all" others had heart to their personal interests rather than those of Christ.

 

21 For all seek their own interests, not those of Jesus Christ.

22 You know he was tested, devoting himself to the service of the Gospel with me, as a child with his father.

23 So I hope to send as soon as I see how it will state I am;

2: 23-24 Finally, Paul was released from prison (cf. #AC 28:30), after which he may have gone to visit the Church of Philippi.

 

24 and I trust in the Lord that I also myself shall come shortly.

in the Lord. Paul knew that his plans were subject to the will of God (cf. #Ja 4: 13-17).

 

25 I supposed it necessary to send you Epaphroditus my brother, my work and fellow soldier, who you sent me something to fill my needs.

Epaphroditus. Paul wanted to send Timothy (v. #Ph 2:23) and also come himself (verse #Ph 2:24), but was forced to send this brother, a native of Philippi, of which very little is known in outside the passage. It was a common name in Greek, derived from a household word which originally meant "favorite of Aphrodite" (Greek goddess of love). Then it came to mean "kind" or "magnet". Epaphroditus was sent to Paul provided gifts (#Ph 4:18), and was expected to stay with him to serve the best he could (verse #Ph 2:30).

by which ... needs. Literally "your apostle and servant of my need." Epaphroditus was not an apostle of Christ, but an Apostle literally "sent" - in the broadest sense: that of an apostle of the Church of Philippi sent to Paul, carrying their voluntary donation; cf. # 2 Cor 8:23). It was essential that Paul explains the reason for his return to Philippi with this letter, because they might think that he had not fulfilled its mandate satisfactorily.

2: 25-30 Passage endearing about love and unity among believers. All concerned were demonstrating affection full of altruism towards each other.

 

26 For he longed after you all, and was full of heaviness, because you had heard of his illness.

very uneasy. The Greek term describes a chaotic state of confusion and agitation consecutive strong in a period of upheaval or a big trauma. Epaphroditus was growing concern about the anxiety that he could leave the Philippians that about his own situation, yet delicate.

 

27 He was sick indeed, and close to death; but God had mercy on him, and not only on him but also on me, that I should have sorrow upon sorrow.

... sick close to death. Perhaps, he was seriously ill when he arrived in Rome, but he was now sufficiently recovered to return to work in the church of his city, which had more than Paul needed him.

 

28 I sent him therefore the more diligently, that you may rejoice to see him, and that I may be the less sorrowful.

sad. Translates more accurately as "conscious" or "anxious". Paul felt responsible for all the members of the churches (see # 2 Cor 11: 2), and he was annoyed that the Philippians are concerned about Epaphroditus.

 

29 Receive him therefore in the Lord with all joy, and honor such men.

honor. Men like him are worthy.

 

30 Because for the work of Christ he was near death, not regarding his life, to supply your lack of service toward me.

near death. Referring to what has already been mentioned as disease #Ph in verses 2: 26-27.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/