PROPHÉTIE 26 SUR JÉSUS-CHRIST Ses souffrances Mains et pieds percés

15/10/2016 13:30

PROPHÉTIE 26 SUR JÉSUS-CHRIST

Ses souffrances

Mains et pieds percés

 

 

Prophéties annoncées

 

Psaumes 22 : 16

 

16  Car des chiens m’ont environné, une assemblée de méchants m’a entouré ; ils ont percé mes mains et mes pieds ;

 

NOTES DE JOHN MACARTHUR

Le texte hébreu dit « comme un lion », c’est-à-dire que ces ennemis méchants et agressifs étaient comme des animaux qui avaient déchiré le psalmiste. Il s’agit probablement d’une prophétie messianique faisant allusion à la crucifixion (cf. #Esa 53:5 ; #Za 12:10).

Autres notes

Ce texte n’est pas applicable à David, mais seulement à Jésus alors qu’il est entouré de ses ennemis qui se moquent de lui.

 

Autres notes

#11-21 Dans ces versets, nous voyons Christ souffrir et également prier ; ce texte nous indique le chemin à suivre pour parvenir à Dieu. Le récit détaillé de la mort de Christ, bien que ce type soit peu usité chez les juifs, est ici décrit. Ils ont percé ses mains et ses pieds, ils l’ont cloué sur le bois maudit, laissant ainsi son corps pendu, dans les pires conditions de torture et de souffrance. Sa force naturelle fut vaincue, étant dévastée par le feu de la colère divine.

D’ailleurs, qui peut ainsi tenir front à une telle Colère ? Qui en connait les limites ? La vie du pécheur est le « forfait » effacé par la vie de Celui qui a été pris en rançon. Notre Seigneur Jésus, lors de la crucifixion, a été déchiré, de sorte qu’Il peut maintenant nous revêtir de sa droiture. Selon les écritures, Christ était destiné à souffrir. Que ceci puisse affermir notre foi en Lui, afin de pouvoir le considérer comme « le Messie » ; que cela puisse nous faire découvrir le meilleur de nos Amis, Celui qui nous aime et qui a souffert pour nous.

Christ, lors de son agonie a prié, a prié avec ferveur, pour que cette coupe passe loin de Lui. Quand nous traversons des moments pénibles, loin de Dieu, c’est alors que nous devons nous tenir devant Lui pour qu’Il nous fortifie ; quand nous sommes loin de toute joie spirituelle, sachons saisir le réconfort qu’Il nous donne. Il a prié pour être délivré de la colère divine. Il peut, ayant été exaucé, délivrer Lui-même les autres. Nous devons méditer sur les souffrances et la résurrection de Christ, jusqu’à ce que nous puissions ressentir en nos âmes toute la Puissance et l’Amour qui en découlent.

 

 

Zacharie 12 : 10

Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né.

 

NOTES DE JOHN MACARTHUR

vers moi, celui qu’ils ont percé. Israël connaîtra la repentance parce qu’il contemplera Jésus, celui qu’il a rejeté et crucifié (cf. #Esa 53:5 ; #Jn 19:37), et qu’il aura foi en lui lors de sa seconde venue (#Ro 11:25-27). En disant « moi, celui qu’ils ont percé », Dieu affirmait clairement la doctrine de l’incarnation: Jésus était Dieu.

Autres notes

#Za 12:9-14 Le jour dont il est question ici est le jour de la défense d’Israël et de sa délivrance, ce jour glorieux lorsque le Seigneur apparaîtra pour le salut de Son peuple. Dans la première venue de Christ, il a meurtri la tête du serpent et a brisé toutes les puissances des ténèbres qui se sont battues contre le royaume de Dieu parmi les hommes. Dans le second avènement de Christ, Il complétera sa destruction lorsqu’Il anéantira toutes les autorités adverses, les principautés et les pouvoirs, et la mort elle-même sera engloutie dans cette victoire. Le Saint-Esprit est plein de grâce et miséricordieux et Il est l’auteur de toute grâce ou de toute sainteté. Il est également l’Esprit des supplications et montre aux hommes leur ignorance, leurs besoins, leur culpabilité, leur misère et le danger dans lequel ils se trouvent. En ce temps annoncé, les Juifs sauront qui était ce Jésus crucifié, ensuite ils s’appuieront sur Lui par la foi et le pleureront avec la plus grande douleur, non seulement en public mais également en privé, et même chacun séparément. Il y a un deuil saint, le résultat de l’Esprit répandu ; un deuil pour le péché qui provoque la foi en Christ et qui apporte la joie en Dieu. Ce deuil est le fruit de l’Esprit de grâce, une preuve de l’œuvre de la grâce dans l’âme et de l’Esprit de supplications. C’est accompli dans tous ceux qui s’affligent pour le péché de façon pieuse ; ils regardent à Christ crucifié et pleurent pour Lui. Regarder par la foi à la croix de Christ nous fera pleurer pour le péché et rechercher la piété.

 

Autres notes

La nation mènera deuil sur son rejet du Messie (12.10-14)

   Le peuple pleurera amèrement lorsqu’il tournera les regards vers le Messie qu’il a percé. « Ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique » (v. #10). Remarquons l’expression : « vers moi. » Celui qu’ils ont percé était le Seigneur Jésus-Christ, l’Éternel. Pleurer un fils unique était la forme la plus profonde de chagrin pour un Israélite. En ce qui concerne : « le deuil d’Hadadrimmon » (v. #11), (cf. #2Ch 35.20-24). Parmi ceux qui pleureront, figure la famille royale, les prophètes (Nathan), les sacrificateurs (Lévi), les docteurs de la loi (Shimei), et le peuple. Certains pensent que Shimei devrait se lire Siméon,{890} qui avec Lévi se montra cruel envers les hommes de Sichem (#Ge 34.25) … Remarquons la répétition de l’adverbe : séparément (v. #12-14) ; ce qui souligne que toute vraie confession demande d’être seule avec Dieu.

 

 

Autres notes

10 Un esprit de grâce et de supplication le Seigneur envoie son esprit par compassion pour les siens et renouvelle en eux le désir de le supplier pour leurs besoins. Le mot grâce insiste sur le don particulier de la supplication. En hébreu supplication est un pluriel intensif : une prière intense et efficace. Vers moi. Toutes les anciennes versions et les meilleurs manuscrits hébreux proposent la première personne du singulier. Certaines traductions changent cela en la troisième personne qui leur paraît suggérée par le passage soudain dans la suite de la phrase à l’expression : celui que. Cette correction du texte faite pour une raison d’harmonie, provient peut-être aussi du fait qu’il est difficile de penser que l’on a pu percer l’Éternel lui-même et pleurer sur lui. Dans cette optique, on a suggéré le nom de divers personnages historiques en vue d’identifier « le transpercé » : le frère de Johanan, Onias III, environ 170 avant Jésus-Christ ; ou Simon Macchabée, environ 134 avant Jésus-Christ ; ou le Maître de Justice, mentionné dans les Manuscrits de la mer Morte ; ou même Zorobabel, et d’autres encore. Cependant, l’identification traditionnelle avec le Messie souffrant demeure la meilleure interprétation. De même qu’en 11.10 le prophète, personnifiant le vrai berger, jouait le rôle de l’Éternel, il y a de même identité ici entre celui qui envoie et le Messie qu’il a envoyé (cf. #Mal 3:1 ; #Mr 9:37 ; #Lu 10:16). Le verset rappelle en d’autres termes la prophétie du Serviteur de l’Éternel (#Esa 52:13-53:12) : celui qui est le « bras droit de l’Éternel », Dieu en personne, descendu pour sauver et cependant frappé par Dieu le Père pour les transgressions de son peuple. Pour Pusey (The Minor Prophets, 1907, vol. 8, in loc.), Zacharie a exprimé en quelques mots l’acte de l’adoration la plus émue de l’Évangile. Regarder par la foi le corps meurtri de Jésus, c’est découvrir ce que nous lui devons pour ses souffrances en notre faveur. Cf. D. R. Jones pour une interprétation différente basée sur une autre traduction du verset : « Je transpercé » qualifierait les victimes de la guerre mentionnée plus haut. En contemplant leur mort, les survivants comprennent le prix du salut. À partir de là, Jones rattache le verset à #Esa 53.

 

Zacharie 13 : 6

6  Et on lui dira, Quelles sont ces blessures à tes mains ? Et il dira, Celles dont j’ai été blessé dans la maison de mes amis.

 

NOTES DE JOHN MACARTHUR

ces blessures que tu as aux mains. Il ne peut y avoir, ici, une allusion au Messie. Ce v. poursuit la description de la conduite des faux prophètes commencée au v. 4. Quand les faux prophètes nieront toute association avec les pratiques païennes, d’autres les mettront au défi d’expliquer l’origine de leurs blessures suspectes. Les faux prophètes se faisaient des incisions pour susciter une extase favorable à la prophétie pendant les rituels idolâtriques (cf. #Lé 19:28 ; #De 14:1 ; #1R 18:28 ; #Jér 16:6 ; #Jér 48:37), mais ils prétendront que leurs cicatrices s’expliquent par des attaques subies de la part de leurs amis.

 

 

 

Prophéties réalisées

 

JEAN 20 : 25 et  27

 

25  Les autres disciples lui dirent donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit : Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point.

26 ¶  Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, et dit : La paix soit avec vous !

27  Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains ; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

20:24-26 Thomas a déjà été décrit comme fidèle mais pessimiste. Jésus ne lui reprochera pas son manque de foi, il lui offrira, au contraire, avec compassion les preuves de sa résurrection. Christ vient avec amour à la rencontre du disciple là où il a une faiblesse (#2Ti 2:13). La réaction de Thomas indique qu’il a dû recourir à des arguments frappants pour convaincre ses propres partisans de sa résurrection; ils n’étaient donc pas des hommes crédules, prédisposés à croire en n’importe quoi. Les disciples furent si réticents à croire, malgré toutes les preuves qu’ils avaient sous les yeux, qu’ils ne risquaient pas d’avoir été victimes d’hallucinations ou d’avoir truqué la résurrection.

 

Autres notes

20:24-26 Thomas a déjà été décrit comme fidèle mais pessimiste. Jésus ne lui reprochera pas son manque de foi, il lui offrira, au contraire, avec compassion les preuves de sa résurrection. Christ vient avec amour à la rencontre du disciple là où il a une faiblesse (#2Ti 2:13). La réaction de Thomas indique qu’il a dû recourir à des arguments frappants pour convaincre ses propres partisans de sa résurrection; ils n’étaient donc pas des hommes crédules, prédisposés à croire en n’importe quoi. Les disciples furent si réticents à croire, malgré toutes les preuves qu’ils avaient sous les yeux, qu’ils ne risquaient pas d’avoir été victimes d’hallucinations ou d’avoir truqué la résurrection.

Autres notes

 

24-29 L’incrédulité de Thomas puis l’explosion de sa foi sont sans aucun doute incluses dans le récit de Jean dans l’optique de son but principal : amener à la foi en Jésus en tant que Fils de Dieu. 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/