PSAUMES 74 : 1 à 23 *** + PSALMS 74 : 1 to 23 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

15/03/2017 14:18

PSAUMES  74 : 1 à 23 *** +
 

1 ¶  Cantique d’Asaph. Pourquoi, ô Dieu ! rejettes-tu pour toujours ? Pourquoi t’irrites-tu contre le troupeau de ton pâturage ?

 

74:1-23

Cette lamentation communautaire exprime la souffrance du peuple au sein de circonstances extrêmement pénibles. Il était déjà grave que les ennemis d’Israël aient pu détruire le temple (cf. #2R 25), mais le pire, c’était l’impression qu’avait le psalmiste d’avoir été abandonné de Dieu. Dans cette prière, il rappelle à Dieu ses liens avec Israël, les actes passés par lesquels il l’a protégé, et il le supplie de sauver sans plus attendre la nation avec laquelle il a conclu une alliance (cf. #Ps 137 et La).

I. Terreur de l’abandon (74:1-11)

II. Souvenir de l’omnipotence de Dieu (74:12-17)

III. Supplication pour recevoir l’aide de Dieu (74:18-23)

Asaph. Si ce psaume fait allusion à la destruction du temple par Nébucadnetsar en 586 av. J.-C., Asaph était déjà mort. L’intitulé signifie donc que ce psaume fut composé et chanté par un chœur dans la tradition d’Asaph.

 

2  Souviens-toi de ton peuple que tu as acquis autrefois, Que tu as racheté comme la tribu de ton héritage ! Souviens-toi de la montagne de Sion, où tu faisais ta résidence ;

 

la tribu de ton héritage. Le psalmiste déplore que Dieu, bien que propriétaire d’Israël, ne l’ait pas protégé.

 

3  Porte tes pas vers ces lieux constamment dévastés ! L’ennemi a tout ravagé dans le sanctuaire.

 

porte tes pas. Anthropomorphisme appelant Dieu à se précipiter pour voir le spectacle des ruines.

 

4  Tes adversaires ont rugi au milieu de ton temple ; Ils ont établi pour signes leurs signes.

 

pour signes leurs signes. Les pillards avaient installé leurs étendards militaires dans le temple de Dieu, à côté de ceux de leurs dieux païens.

 

5  On les a vus, pareils à celui qui lève La cognée dans une épaisse forêt ;

 

lève la cognée. Tels des bûcherons dans une forêt, les ennemis avaient détruit rageusement tout ce qu’ils voyaient dans le temple.

 

6  Et bientôt ils ont brisé toutes les sculptures, À coups de haches et de marteaux.

7  Ils ont mis le feu à ton sanctuaire ; Ils ont abattu, profané la demeure de ton nom.

8  Ils disaient en leur cœur : Traitons-les tous avec violence ! Ils ont brûlé dans le pays tous les lieux saints.

 

les lieux saints. Dieu n’autorisait l’existence que d’un seul lieu de culte, c’est pourquoi les hauts lieux avaient été détruits pendant le réveil survenu du temps de Josias (cf. #2R 22:1-23:2). L’expression peut renvoyer aux nombreuses salles du temple ou aux sites religieux non sacrificiels présents dans tout le pays.

 

9  Nous ne voyons plus nos signes ; Il n’y a plus de prophète, Et personne parmi nous qui sache jusqu’à quand … 

 

nos signes. Alors que des signes hostiles et païens se trouvaient partout, ceux du culte au vrai Dieu, tels les autels des sacrifices, faisaient cruellement défaut.

 

10  Jusqu’à quand, ô Dieu ! l’oppresseur outragera-t-il, L’ennemi méprisera-t-il sans cesse ton nom ?

11  Pourquoi retires-tu ta main et ta droite ? Sors-la de ton sein ! détruis !

12 ¶  Dieu est mon roi dès les temps anciens, Lui qui opère des délivrances au milieu de la terre.

13  Tu as fendu la mer par ta puissance, Tu as brisé les têtes des monstres sur les eaux ;

 

fendu la mer. Probable allusion à l’activité divine lors de la création plutôt qu’à la séparation des eaux de la mer Rouge (cf. #Ge 1:6-8 ; #Ex 14:26-31).

monstres sur les eaux. Expression qui désignait les baleines, les requins et les autres grosses créatures marines, dinosaures inclus.

 

14  Tu as écrasé la tête du crocodile, Tu l’as donné pour nourriture au peuple du désert.

 

crocodile. Ou « léviathan ». terme qui apparaît dans quatre autres passages de l’A.T. (#Job 3:8 ; #Ps 74:14 ; #Ps 104:26 ; #Esa 27:1). Chaque fois, il désigne une créature puissante, capable de tuer un homme, mais qui ne peut résister devant Dieu. Puisqu’elle vit dans la mer parmi les navires (#Ps 104:26), il pourrait s’agir d’un monstre marin disparu de nos jours, peut-être un dinosaure marin. D’autres y voient un crocodile, avec ses écailles (#Job 41:6), ses dents redoutables (#Job 41:5) et sa nage rapide (#Job 41:23). Seulement, les crocodiles ne vivent pas dans la mer, comme c’est le cas de l’animal décrit en #Job 41:22. Certains penchent pour une baleine, ou encore un grand requin blanc, parce que c’est la plus redoutable de toutes les bêtes féroces (#Job 41:25).

 

15  Tu as fait jaillir des sources et des torrents. Tu as mis à sec des fleuves qui ne tarissent point.

 

fait jaillir des sources et des torrents. Allusion probable au déluge universel (cf. #Ge 7:11) ou à la création (#Ge 1:6-8).

 

16  A toi est le jour, à toi est la nuit ; Tu as créé la lumière et le soleil.

17  Tu as fixé toutes les limites de la terre, Tu as établi l’été et l’hiver.

 

fixé toutes les limites. En tant que créateur, Dieu a fait le jour et la nuit ainsi que les saisons (v. #Ps 74:16); il a aussi séparé la terre de la mer, et il a même fixé les frontières nationales.

 

18 ¶  Souviens-toi que l’ennemi outrage l’Éternel, Et qu’un peuple insensé méprise ton nom !

19  Ne livre pas aux bêtes l’âme de ta tourterelle, N’oublie pas à toujours la vie de tes malheureux !

20  Aie égard à l’alliance ! Car les lieux sombres du pays sont pleins de repaires de brigands.

 

l’alliance. Le peuple s’était laissé aller à l’apostasie (cf. #Ex 16:3-8). Dieu persévérait néanmoins dans son alliance avec Abraham et avec son peuple (cf. #Ge 17:1-8).

 

21  Que l’opprimé ne retourne pas confus ! Que le malheureux et le pauvre célèbrent ton nom !

22  Lève-toi, ô Dieu ! défends ta cause ! Souviens-toi des outrages que te fait chaque jour l’insensé !

23  N’oublie pas les clameurs de tes adversaires, Le tumulte sans cesse croissant de ceux qui s’élèvent contre toi !

1 ¶  (75-1) Au chef des chantres. Ne détruis pas. Psaume d’Asaph. Cantique. (75-2) Nous te louons, ô Dieu ! nous te louons ; Ton nom est dans nos bouches ; Nous publions tes merveilles.

 

PSALMS 74 : 1 to 23 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ The Song of Asaph. Why, O God! Do you reject forever? Why are you angry with the flock of your pasture?

 

74: 1-23

This community lament expresses the suffering of the people in extremely difficult circumstances. It was already serious that the enemies of Israel could have destroyed the temple (see # 2R25), but the worst was the psalmist's impression that he had been forsaken by God. In this prayer he reminds God of his ties with Israel, the past acts by which he has protected him, and begs him to save the nation with which he has entered into an alliance (see #Ps 137 and La ).

I. Terror of Abandonment (74: 1-11)

II. Remembrance of the Omnipotence of God (74: 12-17)

III. Supplication to receive the help of God (74: 18-23)

Asaph. If this Psalm refers to the destruction of the temple by Nebuchadnezzar in 586 BC. Asaph was already dead. The title therefore means that this psalm was composed and sung by a chorus in the tradition of Asaph.

 

2 Remember your people whom you once acquired, whom you redeemed as the tribe of your inheritance. Remember the mountain of Zion, where thou didst dwell;

 

The tribe of your inheritance. The psalmist deplores that God, although the owner of Israel, did not protect him.

 

3 Take your steps towards these constantly devastated places! The enemy has ravaged everything in the sanctuary.

 

Take your steps. Anthropomorphism calling God to rush to see the spectacle of the ruins.

 

4 Your adversaries have roared in the midst of your temple; They have established for signs their signs.

 

For signs their signs. The pillagers had installed their military standards in the temple of God, beside those of their pagan gods.

 

5 They have been seen, like the one who raises the ax in a thick forest;

 

Lifts the ax. Like the loggers in a forest, the enemy had destroyed all they saw in the temple.

 

6 And soon they broke all the sculptures, with blows of hatchets and hammers.

7 They set fire to your sanctuary; They have destroyed and profaned the abode of thy name.

8 They said in their hearts, "Let us all treat them with violence." They burned all the holy places in the land.

 

The holy places. God only allowed the existence of a single place of worship, which is why the high places had been destroyed during the awakening that occurred in Josiah's time (cf. # 2R 22: 1-23: 2). The phrase may refer to the many temple rooms or non-sacrificial religious sites present throughout the country.

 

9 We no longer see our signs; There is no longer a prophet, and no one among us who knows until ...

 

Our signs. While hostile and pagan signs were everywhere, those of worship to the true God, such as the altars of sacrifice, were sorely lacking.

 

10 How long, O God! Will the oppressor outrage, Will the enemy despise his name unceasingly?

11 Why dost thou withdraw thy hand and thy right hand? Get her out of your womb! Destroyed!

12 ¶ And God is my king from the days of old: he that doeth deliverance in the midst of the earth.

13 Thou hast broken the sea by thy power; thou hast broken the heads of the monsters upon the waters;

 

Splitting the sea. Probable allusion to divine activity at the time of creation rather than to the separation of the waters of the Red Sea (see #Ge 1: 6-8; #Ex 14: 26-31).

Monsters on the waters. Expression that referred to whales, sharks and other large marine creatures, including dinosaurs.

 

14 Thou hast crushed the head of the crocodile, Thou hast given it to the people of the wilderness.

 

crocodile. Or "leviathan". Term which appears in four other passages of the A.T. (#Job 3: 8; #Ps 74:14; #Ps 104:26; #Esa 27: 1). Each time he designates a powerful creature capable of killing a man, but who can not stand before God. Because she lives in the sea among ships (#Ps 104: 26), it could be a sea monster gone nowadays, perhaps a marine dinosaur. Others see a crocodile, with its scales (#Job 41: 6), its formidable teeth (#Job 41: 5) and its swim fast (#Job 41:23). Only, crocodiles do not live in the sea, as is the case of the animal described in #Job 41:22. Some bent for a whale, or a great white shark, because it is the most formidable of all ferocious beasts (#Job 41:25).

 

15 You have caused springs and torrents to spring forth. Thou hast dried up rivers which are not dried up.

 

Springs and torrents. Probable allusion to the universal deluge (see #Ge 7:11) or creation (#Ge 1: 6-8).

 

16 To you is the day, to you is the night; You created the light and the sun.

17 Thou hast set all the borders of the earth, Thou hast established summer and winter.

 

Set all limits. As creator, God made the day and the night and the seasons (v. #Ps 74:16); He has also separated the land from the sea, and has even fixed the national frontiers.

18 ¶ Remember that the enemy reproveth the LORD, and a foolish people despise thy name.

19 Do not give the beasts of the soul of your turtle dove, Do not forget the lives of your wretches forever!

20 With regard to the covenant! For the dark places of the land are full of robbers.

 

The alliance. The people had given way to apostasy (cf. Ex. 16: 3-8). God nevertheless persevered in his covenant with Abraham and with his people (cf. Genesis 17: 1-8).

 

21 Let not the oppressed return confused. May the poor and the poor celebrate your name!

22 Arise, O God! Defend your cause! Remember the outrages of the fool to thee every day.

23 Do not forget the clamor of your adversaries, the ever-increasing tumult of those who rise up against you!

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/