Sabbat (Chemin de).

25/02/2016 17:07
Sabbat (Chemin de). Distance restreinte que les scribes permettaient de parcourir un jour de sabbat. Dans #Ac 1:12, l’expression désigne le trajet séparant le mont des Oliviers de Jérusalem, ou s’étendant de Jérusalem à un point de la montagne d’où l’on apercevait Béthanie (#Lu 24:50). Si l’on mesure de la porte orientale de Jérusalem (d’après la méthode juive) à l’Église de l’Ascension qui est au sommet du mont des Oliviers, la distance atteint 690 m à vol d’oiseau ; parcourue à pied, elle serait plus longue. D’après Josèphe, il y avait 5 à 6 stades de Jérusalem au mont des Oliviers (Antiquités 20.8.6 ; Guerre juive 5.2.3). L’ordonnance du chemin de sabbat remonte à l’interdiction de quitter le camp le 7e jour (#Ex 16:29). Origine de l’évaluation du chemin de sabbat à 2000 coudées : 
 
1. Une interprétation de #No 35:5 attribuant à chaque ville lévitique une banlieue de 2000 coudées à partir des remparts ;
2. L’idée, fondée sur #Jos 3:4, que le camp d’Israël était à 2000 coudées de l’arche et du tabernacle vers lesquels ils pouvaient évidemment se rendre le jour du sabbat. Les citadins avaient la permission de se déplacer à l’intérieur de leur ville, si elle n’était pas grande. La casuistique des rabbins inventa une échappatoire : on pouvait établir une résidence fictive, par le dépôt d’aliments correspondant à 2 repas, sur la limite des 2000 coudées ou en deçà. Il était alors permis de parcourir 2000 coudées au-delà de cet endroit le jour du sabbat.
 
 
Copyright Editions Emmaüs 
https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/