Samuel ; Chemouel

25/12/2015 16:43
Samuel (SEGOND, Français Courant, JÉRUSALEM, T.O.B.) ; Chemouel (Français Courant) : entendu, ou exaucé de Dieu. Deux formes hébraïques de ce nom se rendent en français par Samuel. 
 
1. Fils d’Ammihoud ; chargé de représenter la tribu de Siméon lors du partage de Canaan (#No 34:20).
2. Membre de la tribu d’Issacar, de la famille de Tola ; chef d’une maison patriarcale (#1Ch 7:2).
3. Le prophète Samuel (#1Ch 6:18). Il fut le premier grand prophète postérieur à Moïse, et le dernier des Juges. Elqana, son père était un Lévite de la famille de Qehath, de la maison de Yitsehar (voir Elqana 4), qui descendait de Tsophaï, appelé aussi Tsouph (#1S 1:1 ; #1Ch 6:11,20). On avait alloué la montagne d’Éphraïm à cette famille (#Jos 21:5 ; #1Ch 6:51). Elqana vivait à Rama, appelée Ramataïm-Tsophim pour la distinguer d’autres localités portant le nom de Rama (#1S 1:1,19; 2:11). Cet homme avait 2 épouses : Pennina et Anne. Cette dernière, qui était stérile, supplia l’Éternel de lui accorder un fils et fit vœu de le lui consacrer toute sa vie, apparemment comme naziréen, car elle ajouta : « et le rasoir ne passera point sur sa tête » (#No 6:1-5). Dieu l’exauça. Anne nomma le nouveau-né Samuel. Quand elle l’eut sevré, elle l’amena au tabernacle, à Silo, le confia à Éli, le souverain sacrificateur, afin qu’il le formât pour le service de l’Éternel (#1S 1; 2:1-17). L’enfant Samuel accomplissait sa tâche en présence de l’Éternel ; il portait le simple éphod de lin, vêtement des sacrificateurs quand ils officiaient, et même des Lévites (#1S 2:18). L’enfant couchait dans une pièce attenant au tabernacle, ouvrait le matin les portes de la maison de l’Éternel, assistait Éli (#1S 3:1,3,15). Samuel n’était encore qu’un jeune garçon, lorsque l’Éternel lui révéla le jugement qui allait frapper la maison d’Éli, à cause de la folle indulgence du père envers ses fils indignes (#1S 3:1-18). Josèphe dit que Samuel avait alors 12 ans (Antiquités 5.10.4), estimation probablement correcte, mais dont nous ne connaissons pas la source. Quand Samuel fut devenu jeune homme, tout Israël, de Dan jusqu’à Beér-Chéba, reconnut qu’il était prophète, car l’Éternel se révélait à lui, à Silo (#1S 3:20,21). Peu après, le jugement prédit s’abattit sur la maison d’Éli et sur Israël : les 2 fils d’Éli périrent sur le champ de bataille, les Philistins s’emparèrent de l’Arche, et Éli mourut en l’apprenant (#1S 4:1-22). Les Philistins durent rendre l’Arche aux Israélites, qui la laissèrent à Qiryath-Yearim, chez Abinadab, le niveau spirituel du peuple étant fort bas.
 
     Après la mort d’Éli, Samuel exerça l’autorité et s’efforça de réformer les mœurs ; 20 ans après la restitution de l’Arche, il y était parvenu dans une certaine mesure. Il convoqua alors les Israélites à Mitspa, près de l’endroit où l’Arche avait été enlevée. Le prophète leur ordonna de confesser leurs péchés, de jeûner en présence de l’Éternel et d’implorer sa miséricorde. Apprenant cela, les Philistins attaquèrent Israël, qui supplia Samuel de demander le secours divin. L’Éternel exauça son serviteur par l’envoi de la foudre : les ennemis subirent une complète déroute. Tant que Samuel fut à la tête du peuple, les Philistins renoncèrent à les attaquer (#1S 7:3-14), voir Philistins, Samuel (Livres de). Samuel était à la fois juge (c’est-à-dire défenseur, chef) prophète et sacrificateur. Dans l’exercice de ces fonctions, il se rendait chaque année à Béthel, à Guilgal, à Mitspa. Sa résidence était à Rama, où l’entourait une communauté de prophètes qui l’assistaient dans l’œuvre de réforme (#1S 7:15-17; 19:18-20). Il bâtit un autel à Rama car Dieu avait abandonné Silo. L’Arche était à l’écart, l’alliance avec Dieu avait été suspendue par l’idolâtrie et les sacrilèges des Israélites. Samuel était considéré comme le représentant de l’Éternel ; voir Autel. Sous sa direction énergique, le pays fut préservé de la domination étrangère. Dans sa vieillesse, Samuel établit ses 2 fils juges sur Israël, à Beér-Chéba. Ils se montrèrent indignes de cette haute charge, se laissèrent acheter, violèrent la justice. À cause de leur mauvaise gestion et de l’attitude menaçante des nations païennes, les anciens et le peuple demandèrent l’institution de la monarchie. Dieu ordonna au prophète de conférer l’onction royale à Saül, puis à David, après le rejet de Saül ; pour les détails, voir Samuel (Livres de). Samuel mourut tandis que David, fuyant Saül, se trouvait dans le désert d’Eyn-Guédi. On l’ensevelit dans sa demeure de Rama ; tout Israël le pleura (#1S 25:1). La nuit précédant la bataille de Guilboa, Saül demanda à la devineresse d’Eyn-Dor de faire monter Samuel du Chéol (#1S 28:3-25) ; voir Saül 2. Hémân, l’un des chantres de David, était petit-fils de Samuel (#1Ch 6:18). Samuel figure au nombre des héros de la foi de l’Ancien Testament (#Hé 11:32). 
 
Copyright Editions Emmaüs 

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/