SOPHONIE

02/01/2014 13:26
 

 

SOPHONIE

 

635-625 AVANT J.C. SOPHONIE

 

Le livre du prophète

Sophonie

 

Titre

       Comme pour chacun des douze petits prophètes, le livre porte le nom de son auteur, qui signifie probablement « l’Éternel a caché » (cf. #Sop 2:3).

 

Auteur et date

       Nous disposons de peu d’informations sur Sophonie, dont trois autres personnages de l’A.T. portent le nom. Il fait remonter sa généalogie, quatre générations plus haut, jusqu’au roi Ézéchias (vers 715-686 av. J.-C.) et est le seul prophète d’ascendance royale (#Sop 1:1). Son origine familiale devait lui gagner l’attention du roi de Juda Josias, dont il était contemporain.

       Le prophète situe lui-même son ministère pendant le règne de Josias (av. J.-C.). Les conditions morales et spirituelles décrites dans le livre (cf. #Sop 1:4-6 ; #Sop 3:1-7) plaident pour une rédaction antérieure aux réformes de Josias, à un moment où Juda se vautrait encore dans l’idolâtrie et la méchanceté. C’est en l’an 628 av. J.-C. que Josias détruisit les autels de Baal, brûla les ossements des faux prophètes et brisa les idoles (#2Ch 34:3-7), et c’est en 622 av. J.-C. que le livre de la loi fut retrouvé (#2Ch 34:8-35:19). Sophonie, qui était contemporain de Jérémie, prophétisa probablement de 635 à 625 av. J.-C.

 

Contexte et arrière-plan

     L’environnement politique était sur le point d’être bouleversé: la domination mondiale de l’Assyrie allait passer aux mains des Babyloniens, de sorte que l’emprise de Ninive sur Juda se faisait plus faible. Le royaume n’avait pas connu une telle indépendance depuis une cinquantaine d’années. Le roi Josias désirait préserver la liberté financière retrouvée (plus de tribut) et empêcher le retour de tout asservissement. C’est probablement ce désir qui le conduisit à s’opposer à l’Égypte alors que celle-ci voulait empêcher la fuite du roi de Ninive en 609 av. J.-C. (cf. #2Ch 35:20-27).

        D’un point de vue spirituel, le long règne de Manassé, le fils d’Ézéchias (vers 695-642 av. J.-C., plus de quatre décennies), et celui, plus bref, de son petit-fils Amon (vers 642-640 av. J.-C., deux ans) avaient été caractérisés par la méchanceté et l’apostasie (#2R 21 ; #2Ch 33). Les premières années du règne de Josias furent marquées par l’impiété de son père (#2R 23: 4). Mais en 622 av. J.-C., au cours de travaux de rénovation du temple de l’Éternel, le souverain sacrificateur Hilkija trouva le livre de la loi (#2R 22: 8). Après sa lecture, Josias engagea des réformes majeures (#2R 23). C’est au cours des premières années de son règne, avant ce grand réveil spirituel, que Sophonie exerça son ministère, en prophète de la onzième heure. Il eut sans aucun doute une influence déterminante sur les vastes réformes de Josias. Toutefois, l’empreinte laissée par 55 années d’autorité impie était telle que Juda ne se releva jamais pleinement. Les réformes de Josias étaient trop tardives et ne survécurent pas à sa mort.

 

Thèmes historiques et théologiques

       Sophonie prêcha sur le thème du jour de l’Éternel pour avertir Juda que ses jours touchaient à leur fin: le châtiment divin surviendrait par l’intermédiaire de Nébucadnetsar, entre 605 et 586 av. J.-C. (#Sop 1:4-13). Mais un accomplissement plus lointain était aussi à entrevoir, avec les jugements de la soixante-dixième semaine de Daniel (#Sop 1:18 ; #Sop 3:8). L’auteur décrivit le « jour de l’Éternel » comme proche (#Sop 1:7), comme un temps de fureur, de détresse, d’angoisse, de ravage, de destruction, de ténèbres, d’obscurité, de nuées, de brouillards, de trompette et de cris de guerre (#Sop 1:15-16, #Sop 1:18). Toutefois, à l’intérieur même des messages annonçant le déversement de la colère divine, le prophète exhorta ses compatriotes à rechercher l’Éternel, offrant l’espoir d’un refuge à l’heure du jugement (#Sop 2:3). Il annonça aussi le salut final d’un reste fidèle (#Sop 2:7 ; #Sop 3:9-20).

 

Questions d’interprétation

    Le livre contient une dénonciation sans ambiguïté du péché et une mise en garde contre le jugement de Juda à venir. Certains ont compris que l’affirmation « je donnerai aux peuples des lèvres pures » (#Sop 3:9) annonçait le rétablissement d’un langage universel, comme avant l’épisode de la tour de Babel (#Ge 11:1-9). Ils s’appuient sur l’utilisation du mot « lèvre » en #Ge 11:7 (traduit « langage »). Il est cependant préférable de comprendre que ce passage s’applique à la purification du cœur et de la vie, ce que confirme le contexte (cf. #Sop 3:13). Associées à la pureté, les « lèvres » évoquent la purification intérieure (#Esa 6:5), reflétée par les paroles (cf. #Mt 12:34) et impliquant l’absence de mention d’autres dieux (#Os 2:19). Ce verset n’implique donc pas l’instauration d’une langue commune au monde entier.

 

Plan

I. Titre (1:1)

II. Le jugement de l’Éternel (1:2-3:8)

 

A. Jugement contre toute la terre (1:2-3)

B. Jugement contre Juda (1:4-2:3)

C. Jugement contre les nations voisines (2:4-15)

 

1. Contre la Philistie (2:4-7)

2. Contre Moab et Ammon (2:8-11)

3. Contre l’Éthiopie (2:12)

4. Contre l’Assyrie (2:13-15)

D. Jugement contre Jérusalem (3:1-7)

E. Jugement contre toutes les nations (3:8)

 

III. La bénédiction de l’Éternel (3:9-20)

 

A. Bénédiction sur les nations (3:9-10)

 

B. Bénédiction sur Juda (3:11-20)

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/