CHARLES-HADDON SPURGEON *** Véritable cause de la puissance de Spurgeon comme prédicateur

20/06/2014 13:26
Véritable cause de la puissance de Spurgeon comme prédicateur 
 
Ces remarques nous conduisent à nous demander par quelle cause M. C. H. Spurgeon est devenu si attrayant et si puissant comme prédicateur ; car le fait est là, et nul ne songe à le contester depuis les jours de Whitefield, personne n’a excité en Angleterre un enthousiasme aussi universel.
 Voici ce que dit le révérend Docteur Campbell pour expliquer cette grande popularité : « La cause n’en est que très partiellement dans son extérieur ; elle se trouve principalement dans sa personne même, dans son âme, dans cette âme généreuse, élevée, aimante — dans cette âme tout empreinte des naïves qualités du petit enfant et joignant à cette humilité profonde toute l’énergie et toute la puissance d’un géant. Il appartient à la noble phalange des Berridge, des Grimsham, des Whitefield, des Rowland Hill et des Wilks. M. Spurgeon possède beaucoup de leurs qualités et exerce la même emprise qu’eux sur le public. Mais aucun d’eux n’eût pu, à l’âge de M. Spurgeon, soutenir la moindre comparaison avec lui, car à lui seul il a plus converti d’âmes que tous les autres ensemble n’en avaient converties à son âge. M. Spurgeon est un être unique en son genre — un prédicateur créé par l’Esprit de Dieu pour une œuvre particulière, et voilà ce qui fait que sa parole et sa vie exercent une véritable domination sur les masses. Quand il est rude, tranchant, incisif, c’est sa nature ; quand il est familier, gracieux et qu’il converse avec ses auditeurs, c’est encore sa nature ; quand il sourit ou quand il est dramatique, c’est toujours sa nature. Le naturel est une puissance, tandis que tout ce qui est artificiel est stérile. Sans le naturel, nul ne saurait plaire beaucoup ni longtemps. Le cœur répond au cœur et demeure insensible à tout le reste. L’art peut captiver l’imagination pour un temps ; le naturel seul peut captiver en tout temps. À tous égards, M. Spurgeon est un enfant de la nature ; aussi se trouve-t-il à l’aise partout. Son air, son accent, ses reproches et ses encouragements, tout est naturel, et ses comparaisons sont toujours telles, qu’elles remuent l’âme jusqu’au fond sans jamais la blesser. Il est sympathique à son auditoire et à l’humanité entière. »
 Avec ce jugement coïncident les paroles suivantes de Spurgeon lui-même, dans l’un de ses discours : « Je ne suis pas très scrupuleux quant à la forme que j’emploie pour faire du bien. Quand les Écossais se plaignaient de ce que je prêchais d’une manière si extraordinaire qu’ils ne pouvaient absolument pas me comprendre, je leur répondais : Eh quoi ? Vraiment, si je savais pouvoir vous convertir en prêchant la tête en bas et les pieds en haut, je le ferais volontiers. Que m’importe comment je prêche ! Ma devise est Cedo nulli, je ne cède à personne. Je n’ai brigué l’affection de personne ; je ne demande à personne de se plier à mon ministère. Je prêche ce que je veux, quand je veux et comme je veux. »
 Les paroles suivantes, prononcées le jour de la pose de la première pierre du Tabernacle, sont dans le même sens : « Je ne réponds jamais, dit-il, à aucune calomnie lancée contre moi, et je ne réponds que rarement à ceux qui me demandent ce que je pense faire. Il me suffit d’avoir ma propre approbation ; l’assentiment de ma conscience est tout ce qu’il me faut et je me passe entièrement de celle des autres. Quand j’ai mal fait, il me suffit aussi d’avoir encouru ma propre condamnation. Je sens que je dois être un homme entièrement autonome, allant droit mon chemin et laissant chacun libre d’en faire autant. Si je me trompe, j’en suis responsable envers mon Maître et n’en rendrai compte à nulle âme vivante ; si je fais bien, le jour le manifestera. Dieu sait à quel point mes intentions sont pures, même quand je m’égare le plus. »
Si telle est, comme nous le croyons, la véritable cause de la puissance extraordinaire exercée sur les masses par M. Spurgeon, il n’y a plus rien de surprenant à ce que si peu de prédicateurs puissent en exercer une semblable : les convictions fortes et le naturel manquent chez un si grand nombre ! Ajoutons, en terminant, que M. Spurgeon a trompé l’attente de tout le monde. Plus il est devenu populaire, plus aussi il a grandi en humilité. Sa réputation n’a pas subi d’atteintes ni de fluctuations ; sa marche progressive et ascendante ne s’est point ralentie un seul instant ; il a grandi jusqu’à ce jour, et le voilà reconnu en Europe comme le plus célèbre prédicateur de son époque. 
 

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/