ANCIEN TESTAMENT JOUR 906 DE 929

21/06/2021 00:26

ANCIEN TESTAMENT JOUR 906 DE 929

HABAKUK 3 de 3

 

 

Habakuk 3 : 1 à 19

    1 ¶  Prière d’Habakuk, le prophète. Sur le mode des complaintes.

 

mode des complaintes. Le sens précis du mot hébreu reste inconnu (il apparaît au singulier au #Ps 7:1). A la fin du ch. #Ha 3 figurent des notations musicales, ce qui permet de penser que ce ch. devait être chanté et que le terme était porteur de significations liturgiques et musicales.

 Les cantiques de la Bible

1. Cantique de délivrance #Ex 15:1-19

2. Cantique de Moïse #De 32:1-43

3. Cantique de Débora #Jug 5:1-31

4. Cantique d’Anne #1S 2:1-10

5. Cantique des femmes #1S 18:6-7

6. Cantique de David #2S 22:1-51

7. Cantique d’Ezéchias #Esa 38:9-20

8. Cantique de Jonas #Jon 2:2-10

9. Cantique d’Habakuk #Ha 3:1-19

10. Cantique de Marie #Lu 1:46-55

3:1-19

La mention « Habakuk, le prophète » (cf. #Ha 1:1) forme une transition: le ton argumentatif des ch. précédents, dans lesquels le prophète suppliait Dieu d’intervenir, se transforme en une prière réclamant la compassion divine (v. #Ha 3:2), suivie d’un rappel de sa puissance (vv. #Ha 3:3-15) et d’une louange pour sa grâce et sa pleine suffisance (vv. #Ha 3:16-19). Ce changement de ton n’exclut pas un lien fort, du point de vue thématique: ayant été informé des divins plans de jugement, Habakuk revient au sujet du châtiment de Juda et demande grâce.

 

2  Eternel, j’ai entendu ce que tu as annoncé, je suis saisi de crainte. Accomplis ton œuvre dans le cours des années, ô Eternel ! Dans le cours des années manifeste-la ! Mais dans ta colère souviens-toi de tes compassions !

 

ce que tu as annoncé. Allusion à #Ha 1:5-11 et #Ha 2:2-20, où le Seigneur avait informé Habakuk de ses plans de jugement à l’égard de Juda et des Chaldéens.

Accomplis ton œuvre. Littéralement « fais vivre ton œuvre ». La connaissance qu’il avait de la sévérité du jugement divin remplissait le prophète d’une grande crainte. Il demanda au Seigneur de ranimer, de réitérer ses œuvres puissantes en faveur de son peuple, comme s’il était resté inactif pendant longtemps.

Dans le cours des années. Même si Juda devait endurer un violent châtiment par l’intermédiaire des Chaldéens, le prophète supplia le Seigneur de se souvenir qu’il était un Dieu de compassion.

 

3 ¶  Dieu vient de Théman, Le Saint vient de la montagne de Paran …  Pause. Sa majesté couvre les cieux, Et sa gloire remplit la terre.

 

Théman …  montagne de Paran. « Théman » était une ville édomite qui portait le nom d’un petit-fils d’Esaü (#Am 1:12 ; #Ab 9). La « montagne de Paran » se situait dans la péninsule du Sinaï. Ces deux mentions renvoient au contexte dans lequel Dieu manifesta son immense puissance, lorsqu’il amena Israël jusqu’au pays promis, jusqu’en Canaan (cf. #De 33:2 ; #Jug 5:4).

3:3-4

La glorieuse nuée qui protégea et conduisit Israël à travers le désert (cf. #Ex 40:34-38) était une manifestation physique de la présence divine. Pareil au soleil, Dieu illumine le ciel et la terre de son éclat.

3:3-15

Habakuk fit le portrait de la rédemption à venir en utilisant des images tirées des interventions passées de Dieu, notamment de la délivrance qu’il avait accordée à son peuple en le faisant sortir d’Egypte et de la conquête de Canaan. La sortie d’Egypte est souvent utilisée de façon analogique pour décrire le salut futur d’Israël, au début du millénium (cf. #Esa 11:16).

 

4  C’est comme l’éclat de la lumière ; Des rayons partent de sa main ; Là réside sa force.

5  Devant lui marche la peste, Et la peste est sur ses traces.

 

la peste. En rappelant les châtiments qu’Israël avait subis en raison de sa désobéissance à l’alliance conclue au mont Sinaï (#Ex 5:3 ; #No 14:12 ; #De 28:21-22 ; #De 32:24), Habakuk mettait l’accent sur la souveraineté de Dieu dans l’exercice de ses jugements. Les fléaux sont à sa disposition.

 

6  Il s’arrête, et de l’œil il mesure la terre ; Il regarde, et il fait trembler les nations ; Les montagnes éternelles se brisent, Les collines antiques s’abaissent ; Les sentiers d’autrefois s’ouvrent devant lui.

 

3:6-7

L’univers entier réagit par la crainte à l’approche du Tout-Puissant (cf. #Ex 15:14). Comme lors de la création (#Esa 40:12), Dieu dispose à son gré de la terre et de tout ce qui s’y trouve.

 

7  Je vois dans la détresse les tentes de l’Ethiopie, Et les tentes du pays de Madian sont dans l’épouvante.

 

l’Ethiopie …  Madian. Allusion probable à l’un des peuples occupant la péninsule du Sinaï (cf. #Ex 2:16-22 ; #Ex 18:1-5 ; #No 12:1, où l’épouse de Moïse était présentée comme à la fois madianite et éthiopienne ou cuschite).

 

8  L’Eternel est-il irrité contre les fleuves ? Est-ce contre les fleuves que s’enflamme ta colère, Contre la mer que se répand ta fureur, Pour que tu sois monté sur tes chevaux, Sur ton char de victoire ?

 

tes chevaux, sur ton char. Description symbolique de la victoire de Dieu sur ses ennemis (cf. vv. #Ha 3:11, #Ha 3:15).

3:8-15

Dans une belle envolée rhétorique, Habakuk s’adressa directement à Dieu, rappelant ses jugements contre tout ce qui osait s’opposer à sa volonté.

 

9  Ton arc est mis à nu ; Les malédictions sont les traits de ta parole …  Pause. Tu fends la terre pour donner cours aux fleuves.

 

les malédictions sont les traits de ta parole. Les flèches de Dieu étaient lancées suite à une malédiction prononcée par lui (cf. #Jér 47:6-7).

 

10  A ton aspect, les montagnes tremblent ; Des torrents d’eau se précipitent ; L’abîme fait entendre sa voix, Il lève ses mains en haut.

11  Le soleil et la lune s’arrêtent dans leur demeure, A la lumière de tes flèches qui partent, A la clarté de ta lance qui brille.

 

Le soleil et la lune s’arrêtent. Ces deux astres, symboles majeurs de l’ordre créé, sont à l’entière disposition de Dieu, soumis à ses ordres. Cette description évoque la victoire remportée par Israël contre les Amoréens près de Gabaon (#Jos 10:12-14).

 

12  Tu parcours la terre dans ta fureur, Tu écrases les nations dans ta colère.

 

écrases. Verbe souvent utilisé lorsqu’il s’agit d’évoquer les invasions militaires et l’exécution des jugements divins (cf. #Jug 8:7 ; #2R 13:7 ; #Esa 21:10 ; #Esa 25:10 ; #Da 7:23 ; #Am 1:3).

 

13  Tu sors pour délivrer ton peuple, Pour délivrer ton oint ; Tu brises le faîte de la maison du méchant, Tu la détruis de fond en comble. Pause.

 

ton oint. Le parallèle avec le v. 13a (« ton peuple ») et les nombreuses allusions, dans le contexte, à la sortie d’Egypte permettent de penser qu’il s’agit ici de Moïse et du peuple élu, Israël, qui remportèrent la victoire sur le Pharaon et les armées égyptiennes (cf. #Ps 105:15). Il y a aussi, d’un point de vue eschatologique, une allusion à la délivrance future apportée par le Messie (cf. #Ps 132:10-12), conformément à l’alliance davidique (cf. #2S 7:11-16).

la maison du méchant. Possible allusion soit au Pharaon de l’exode, dont le premier-né fut tué, soit au roi des Chaldéens, dont les maisons avaient été construites grâce à des biens injustement acquis (#Ha 2:9-11).

 

14  Tu perces de tes traits la tête de ses chefs, Qui se précipitent comme la tempête pour me disperser, Poussant des cris de joie, Comme s’ils dévoraient déjà le malheureux dans leur repaire.

 

se précipitent …  pour me disperser. Allusion possible à l’armée du Pharaon, qui poursuivit Israël jusque vers la mer Rouge (#Ex 14:5-9). Le peuple paraissait aussi vulnérable que des pauvres sans défense, face aux attaques des Egyptiens lancés à sa poursuite.

 

15  Avec tes chevaux tu foules la mer, La boue des grandes eaux.

 

tu foules la mer. Autre allusion à l’intervention miraculeuse de Dieu pour protéger Israël dans l’épisode de la mer Rouge. Cet événement historique démontrait la totale souveraineté de l’Eternel sur l’univers et garantissait au prophète troublé qu’il pourrait compter sur lui pour sauver une nouvelle fois son peuple.

 

16 ¶  J’ai entendu …  Et mes entrailles sont émues. A cette voix, mes lèvres frémissent, Mes os se consument, Et mes genoux chancellent : En silence je dois attendre le jour de la détresse, Le jour où l’oppresseur marchera contre le peuple.

 

attendre. Ou « me reposer ». Le Seigneur avait répondu à la prière du prophète (v. #Ha 3:1): il confirmerait sa justice et restaurerait finalement son peuple repentant (cf. #Ha 2:4). Malgré le réconfort apporté par cette réponse, la pensée de l’invasion babylonienne plongeait Habakuk dans un état d’épuisement physique et de bouleversement (cf. #Jér 4:19). Néanmoins, il pouvait se reposer sur la certitude que le jugement de l’Eternel serait juste.

3:16-19

Habakuk termina sa prophétie en réaffirmant son propre engagement et sa foi, exprimant ainsi le caractère inébranlable de sa confiance en Dieu.

 

17  Car le figuier ne fleurira pas, La vigne ne produira rien, Le fruit de l’olivier manquera, Les champs ne donneront pas de nourriture ; Les brebis disparaîtront du pâturage, Et il n’y aura plus de bœufs dans les étables.

 

3:17-18

je veux me réjouir en l’Eternel. Même si tout ce qui était normal et prévisible devait s’effondrer, cela n’empêcherait pas le prophète de se réjouir. L’obéissance à l’alliance était indispensable pour qu’Israël puisse profiter de la prospérité agricole et pastorale (#De 28:1-14). Malgré les malédictions entraînées par la désobéissance (#De 28:31-34, #De 28:49-51), le prophète continuait d’affirmer son engagement envers l’Eternel: c’était en Dieu lui-même qu’il plaçait ses aspirations et sa joie.

 

18  Toutefois, je veux me réjouir en l’Eternel, Je veux me réjouir dans le Dieu de mon salut.

19  L’Eternel, le Seigneur, est ma force ; Il rend mes pieds semblables à ceux des biches, Et il me fait marcher sur mes lieux élevés. Au chef des chantres. Avec instruments à cordes.

 

L’Eternel, le Seigneur, est ma force. Dans sa réponse aux interrogations d’Habakuk, Dieu n’avait pas seulement promis le déchaînement de sa colère, il avait aussi fourni l’assurance de sa faveur et de la légitimité de l’espérance placée en lui. La sécurité et l’espoir ne reposaient pas sur les bénédictions terrestres, mais sur le Seigneur lui-même. C’était le message essentiel de 2:4: « Le juste vivra par sa foi. »

mes pieds semblables à ceux des biches. De même que les biches ont le pied suffisamment sûr pour gambader sans perdre l’équilibre dans les montagnes, de même la foi d’Habakuk en Dieu lui permettait d’endurer les difficultés entraînées par l’invasion imminente et d’attendre la réponse aux questions qui le troublaient.

Au chef des chantres. Ce ch. #Ha 3 d’Habakuk servit peut-être d’hymne lors des cérémonies au temple (cf. v. #Ha 3:1).

 

REVENIR AU JOUR 905   dieu-avant-tout-com.webnode.fr/news/ancien-testament-jour-905-de-929/

Allez au jour 907   dieu-avant-tout-com.webnode.fr/news/ancien-testament-jour-907-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/